|   |  |   |   |     |  
 
Des gabonais formés dans les techniques de lutte contre la rage
 
LIBREVILLE (AGP) - Une dizaine de spécialistes en laboratoire gabonais bénéficient depuis ce mardi d’une formation en vue de lutter contre la rage à l’initiative d’un atelier du bureau régional de l’Organisation des nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) dont le bureau régional pour l’Afrique centrale est basé à Libreville.
 
 
 
 

Cet atelier, vise par ailleurs à prévenir la propagation de la maladie de la rage animale sur la santé humaine.

Sous le thème : « Comment améliorer la collaboration entre acteurs », la réunion a, pour objectif : échanger et partager les formations pratiques et les opportunités sur la lutte contre la rage, identifier, évaluer et harmoniser les services de diagnostic, les conseils et les informations des laboratoires vétérinaires et de santé humaine afin de délivrer aux différents acteurs intervenant dans le domaine pour identifier la pandémie.

Pour le représentant de la FAO, Dan Rugabira, la rage est une maladie évitable, mais demeure cependant un défi majeur pour les familles, les pays affectés par la pandémie ainsi que la communauté internationale qui s’emploie pour l’éradiquer.

« La rage n’est donc pas seulement une maladie qui tue. Elle est également un véritable baromètre qui permet de mesurer la qualité de la collaboration de plusieurs acteurs clés pour combattre d’autres maladies communes à l’homme et à l’animal, tant à l’échelle que nationale », a-t-il révélé.

« La prévention effective et le contrôle de la rage passent par un programme de surveillance performant, combiné à un programme d’éducation à la santé et une grande sensibilisation du public ainsi que l’application de la prophylaxie post exposition modernes et l’utilisation stratégique de vaccins efficaces chez les animaux, » a déclaré pour sa part, le représentant de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), Boureima Hama Samba.

La FAO développe avec ses partenaires une stratégie de contrôle progressif en vue de l’éradication de la rage humaine, à travers une stratégie incluant la surveillance, les mécanismes de reportage, le renforcement des capacités en diagnostic de laboratoire, la vaccination massive des chiens et des chats.

La rage est une maladie mortelle qui affecte les animaux sauvages, domestiques et les humains. Les mouvements migratoires des populations dans plus de 150 pays est un des vecteurs de cette maladie qui demeure toutefois évitables, selon les experts en santé animale.

Selon l’OMS, plus de 40% des personnes mordues par les chiens sont des enfants de moins de 15 ans.

 

TLA/IM

2014-02-18 19:06:12
 
 
 
 
 
 
 
 
Article publié le 17 septembre 2014
LIBREVILLE (AGP) : Le Gabon a lancé une campagne publicitaire ciblée vers les entreprises camerounaise pour souscrire à son émission des bons du trésor auprès de la Banque des Etats de l’Afrique centrale (BEAC), une opération qui devrait permettre de lever 50 milliards de FCFA, selon un communiqué conjoint des ministères gabonais du Budget et de l’Economie.
Article publié le 17 septembre 2014
BOOUE, nord-est (AGP) : Le sénateur de la commune de Booué (nord-est), Thomas Meliong a offert récemment des kits scolaires pour les élèves de la cette petite commune du Gabon à deux semaines de la rentrée officielle des classes.
Article publié le 17 septembre 2014
FRANCEVILLE (AGP) : Plus d’une semaine après le lancement par la mairie de l’opération de recouvrement des taxes auprès des transporteurs urbains, de fortes perturbations demeurent perceptibles dans les déplacements des populations à Franceville, a constaté l’AGP mercredi.
Article publié le 15 septembre 2014
LIBREVILLE (AGP) : Le cameraman de la télévision privée Téléafrica, Arsène Melomba est décédé ce weekend à Libreville de suites d’une maladie, a-t-on appris lundi auprès de ses collègues.
Article publié le 15 septembre 2014
OYEM (AGP) : Le membre du bureau politique du Parti démocratique gabonais (PDG, au pouvoir), Raymond Ndong Sima , par ailleurs ancien Premier ministre a inauguré récemment au village Endame-Essagui, dans le canton Kyè 18 km d’Oyem (nord), le nouveau siège du parti de la contrée, a-t-on appris lundi.