|   |  |   |   |     |  
 
L’Agence Gabonaise de Presse (AGP) met à la disposition des annonceurs un espace publicitaire sur son site-Internet (www.agpgabon.ga). Les cinq premiers demandeurs afficheront gratuitement pendant une semaine. Contacts : 05308610/05308612
 
 
Des gabonais formés dans les techniques de lutte contre la rage
 
LIBREVILLE (AGP) - Une dizaine de spécialistes en laboratoire gabonais bénéficient depuis ce mardi d’une formation en vue de lutter contre la rage à l’initiative d’un atelier du bureau régional de l’Organisation des nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) dont le bureau régional pour l’Afrique centrale est basé à Libreville.
 
 
 
 

Cet atelier, vise par ailleurs à prévenir la propagation de la maladie de la rage animale sur la santé humaine.

Sous le thème : « Comment améliorer la collaboration entre acteurs », la réunion a, pour objectif : échanger et partager les formations pratiques et les opportunités sur la lutte contre la rage, identifier, évaluer et harmoniser les services de diagnostic, les conseils et les informations des laboratoires vétérinaires et de santé humaine afin de délivrer aux différents acteurs intervenant dans le domaine pour identifier la pandémie.

Pour le représentant de la FAO, Dan Rugabira, la rage est une maladie évitable, mais demeure cependant un défi majeur pour les familles, les pays affectés par la pandémie ainsi que la communauté internationale qui s’emploie pour l’éradiquer.

« La rage n’est donc pas seulement une maladie qui tue. Elle est également un véritable baromètre qui permet de mesurer la qualité de la collaboration de plusieurs acteurs clés pour combattre d’autres maladies communes à l’homme et à l’animal, tant à l’échelle que nationale », a-t-il révélé.

« La prévention effective et le contrôle de la rage passent par un programme de surveillance performant, combiné à un programme d’éducation à la santé et une grande sensibilisation du public ainsi que l’application de la prophylaxie post exposition modernes et l’utilisation stratégique de vaccins efficaces chez les animaux, » a déclaré pour sa part, le représentant de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), Boureima Hama Samba.

La FAO développe avec ses partenaires une stratégie de contrôle progressif en vue de l’éradication de la rage humaine, à travers une stratégie incluant la surveillance, les mécanismes de reportage, le renforcement des capacités en diagnostic de laboratoire, la vaccination massive des chiens et des chats.

La rage est une maladie mortelle qui affecte les animaux sauvages, domestiques et les humains. Les mouvements migratoires des populations dans plus de 150 pays est un des vecteurs de cette maladie qui demeure toutefois évitables, selon les experts en santé animale.

Selon l’OMS, plus de 40% des personnes mordues par les chiens sont des enfants de moins de 15 ans.

 

TLA/IM

2014-02-18 19:06:12
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Article publié le 16 octobre 2014
LIBREVILLE (AGP) : La Banque Mondiale a accordé une enveloppe de 58 millions de dollars américains (environ 29 milliards de FCFA) au Gabon, pour le financement de son projet Backbone national (fibre optique), a annoncé mercredi, le représentant résident par intérim de l’institution onusienne, Eric Tsouck Ibounde, lors de la signature du contrat des travaux pour la construction de cette infrastructure d’accès à internet haut débit.
Article publié le 16 octobre 2014
CAP SANTA CLARA, nord de Libreville (AGP) : La journée mondiale de l’alimentation a été célébrée jeudi à la ferme avicole-agricole de Lionnel Soarès au Cap Santa Clara dans la nouvelle commune d’Akand au nord de Libreville, en présence des responsables du ministère gabonais de l’Agriculture, de l’élevage et de la pêche, de l’Institut gabonais d’appui au développement (IGAD), du Fonds des nations Unis pour l’Agriculture (FAO).
Article publié le 16 octobre 2014
LIBREVILLE (AGP) : La China communication service international (CCSI), filiale du groupe China Telecom construira très prochainement la fibre optique appelé Backbone national qui permettra de relier Libreville à quatre provinces du pays pour se connecter également au Congo Brazzaville voisin, soit un linéaire de 1100Km.