Agence Gabonaise de Presse

L’information à la source

 
GABON MATIN BIENTÔT DE RETOUR DANS LES KIOSQUES. *** GABON MATIN BIENTÔT DE RETOUR DANS LES KIOSQUES *** GABON MATIN BIENTÔT DE RETOUR DANS LES KIOSQUES

 

mercredi 16 mai 2018


Le Ramadan débute ce jeudi 17 Mai



LIBREVILLE, 16 Mai (AGP) – Le président du Conseil supérieur des affaires islamiques du Gabon (CSAIG), l’Imam Ismaël Océni Ossa a fait une déclaration à la communauté musulmane, à l’occasion du début du jeûne du mois de Ramadan demain jeudi 17 Mai, dans laquelle il s’est réjouit d’avoir trouvé une solution relative à la fixation du jour férié de la fête de fin de Ramadan qui posait problème.

« La solution temporaire émanant de la consultation d’un collège de plus de 100 imams et prédicateurs par le Conseil supérieur des affaires islamiques du Gabon (CSAIG), était de proposer au gouvernement, jusqu’au ramadan de l’année dernière, de déclarer férié le lendemain du 30ème jour du mois de ramadan », a rappelé l’imam Ismaël Oceni Ossa dans son discours de circonstance à l’occasion du début du jeûne du mois de Ramadan.

Une solution qui a contrarié certaines années la communauté musulmane à célébrer la fête de fin de ramadan dans la sérénité. A cet effet, le président du CSAIG a affirmé qu’à ce jour, une solution définitive et respectueuse de la prescription divine relative à la fixation du jour de la fête de fin de ramadan, a été trouvée, en accord avec les autorités gouvernementales par le truchement du ministère du Travail.

« Cette solution consistera pour le conseil de saisir le gouvernement par le biais du ministère du Travail dès le début du mois du ramadan, jeudi 17 Mai et de lui indiquer au préalable, les 2 jours susceptibles de constituer la fin du jeûne, de sorte que le ministère de Travail de son côté puisse avertir suffisamment en amont toutes les populations intéressées, particulièrement les opérateurs économiques pour qu’ils puissent prendre toutes les dispositions d’usage sachant à l’avance que l’un des deux jours sera décrété férié », a-t-il expliqué.

Précisant que c’est conformément à l’alternance imposée par Allah aux astres que se déterminent le début et la fin des périodes rituelles en islam, principalement l’avènement de ce mois et sa fin. « Ceci explique la difficulté qui est notre, au sein de la communauté, de déterminer d’avance et d’indiquer avec précision au gouvernement de la République le jour de la fin du jeûne en vue de lui permettre de décréter férié ce jour, conformément à la législation en vigueur ».

L’imam Ismaël Oceni Ossa a profité de cette tribune pour remercier les plus hautes autorités du pays, tout en assurant des prières tout au long de ce mois béni et au-delà, afin de perpétuer davantage cette liberté culturelle, gage de paix, de stabilité et de cohésion sociale.

Non sans omettre de souhaiter à la communauté musulmane du Gabon, ses vœux de paix, de pardon et de délivrance de toute passion négative, aveuglante et rétrograde. « Allah, au nom de qui je m’adresse à vous est le législateur, qui connait parfaitement ce qui convient à l’homme et ce qui ne lui convient pas. Rappelons que la raison d’être des prescriptions divines est à la fois spirituelle et éducative. Par leur biais l’homme se réforme, évolue et enrichit son intérieur en préservant et en embellissant son extérieur. Il a aussi besoin des prescriptions qui lui définissent les limites à ne pas dépasser, le chemin à suivre dans son rapport à Dieu, au monde et aux créatures ».

Le jeûne consiste à aider l’homme à préserver l’équilibre entre le matériel et le spirituel, à ne pas oublier le but de son existence qui est de connaitre Allah, à ne pas perdre de vue le retour vers Dieu et la vie dernière, la vie éternelle, a-t-il dit non sans relever la finalité des cinq piliers de l’Islam, de la Profession de foi, de la prière, de la Zakat, du Pèlerinage et du jeûne qui consiste à conduire l’homme vers la Piété tel que stipulé à la fin du 183ème Verset du 2ème chapitre du coran intitulé la ‘’la vache’’.

Conformément au verset 183 du 2ème chapitre intitulé « la Vache », le président du conseil islamique a signalé que la pratique du rituel obligatoire de ce mois-ci, le jeûne n’est pas apparu avec l’avènement de l’islam. « Cette pratique est aussi ancienne que l’homme lui-même. Allah nous le confirme en ces termes : ‘’Ö vous qui croyez, il vous est prescrit, comme il a été prescrit aux communautés qui vous ont précédées, de jeûner afin que vous soyez pieux’’ », a-t-il tiré du Coran.

CBO/SM/FSS

 

  Estuaire


 

Accueil