L’ANPI se dote d’un bureau de développement pour accompagner les exportateurs

21-02-2020

Afin d’informer les PME gabonaises de la disponibilité désormais d’un Bureau de développement des exportations (BDex) à l’ANPI-Gabon, ledit bureau a organisé, jeudi à Libreville, un atelier de sensibilisation sur le dispositif d’accompagnement de l’Etat dans l’exportation des produits ‘’Made in Gabon’’.

Sous le thème «dispositif d’accompagnement du bureau de développement des exportations de ANPI-Gabon», une cinquantaine de PME gabonaises exportatrices et à potentiel export ont été édifiées, le jeudi 20 février écoulé à Libreville, sur le soutien de l’Etat en matière d’exportations.

«Il s’agit du lancement officiel du Bureau de développement des exportations en République gabonaise. Nous sommes partis sur deux faits majeurs. D’abord qu’il n’y avait pas un dispositif qui intégrait un portefeuille de service légué à l’exportation au Gabon; aussi, on a un faible taux de PME qui exportent. Ces deux faits nous ont poussé à avoir un dressage efficace à l’endroit des entreprises qui souhaitent exporter ou qui sont potentiellement exportatrices», a expliqué le directeur de l’Entrepreneuriat et de l’accompagnement des entreprises, Moustapha M. Boussougou.

Selon les responsables du BDex, le dispositif d’accompagnement regroupe actuellement tous les acteurs qui ont un lien direct ou indirect dans la chaîne de valeur à l’exportation des biens et services gabonais. Notamment l’Aganor, l’Agasa; la direction générale du Commerce, l’Oprag et la Douane. A l’avenir, il intégrera les banques, les transitaires et commissaires agrées en douanes et les assurances.

Pour le chef du BDex, Maik Boumi, le BDex offre plusieurs services. Il s’agit «d’accompagnement sur les marchés étrangers; d’informations sur les opportunités des marchés extérieurs; d’évaluation du potentiel de l’entreprise à l’export, de formation à l’exportation ainsi que les conseils et suivi administratif», a-t-il fait savoir.

Maik Boumi a également sensibilisé les PME sur la nécessité de se structurer en chaîne de produit de valeur afin de, non seulement gagner en temps, mais aussi de proposer des produits de qualité.

Même si l’initiative a été bien accueillie par les PME, d’aucuns n’ont pas manqué de relever quelques goulots d’étranglement, qui se présentent comme étant des freins à leur volonté d’exporter. Ceci, allant de la lourdeur administrative, à l’éternel frein au développement et à l’entrepreneuriat, le problème d’infrastructures routières.

Florine Angue

RECHERCHE DE L'ACTUALITÉ

Entrez un mot-clé pour rechercher les actualités passées

LA RADIO AGP

CONVERTISSEUR DE DEVISES

VOTE EN LIGNE

Aimez-vous ce nouveau site de l'AGP?

Résultat

MÉTÉO

LIBREVILLE MÉTÉO

RETROUVEZ L'AGP SUR FACEBOOK

Nos Parternaires