Covid-19/Transports interurbains: Une faille dans le dispositif 

25-03-2020

Si l’interruption des transports maritimes, ferroviaires et aériens entre Libreville et l’intérieur du pays participe à freiner la propagation du coronavirus notamment vers Port-Gentil et Franceville, les transports routiers interurbains des passagers encore en circulation entre la capitale et les autres villes du pays représentent une faille dans le dispositif.

Plus de trains, ni de bateaux, encore moins d’avions pour  rejoindre l’intérieur pays. En même temps que le gouvernement décidait, le 20 mars dernier, de fermer ses frontières aériennes, maritimes et terrestres pour éviter la propagation du coronavirus, il décidait aussi l’interdiction des transports ferroviaires, aériens, maritimes, fluviaux et lagunaires.

Si ces mesures, qui visent à freiner la propagation du virus à l’intérieur du pays, ont de facto mis en quarantaine Port-Gentil, la capitale économique joignable uniquement par avion et par bateau, en attendant l’ouverture de la route Port-Gentil – Omboué et limité l’accès de Franceville par le train, il reste que le trafic continu par voie terrestre entre Libreville et les autres villes du pays.

Selon certains observateurs, en plus d’être incongrue, ce décret pénalise les uns et favorise les autres. «Il s’agit de deux poids deux mesures, pour les différents moyens de transport qui peuvent tous être des vecteurs de la maladie. L’incongruité de la situation reste la suspension du transport ferroviaire, aériens et maritimes quand les bus eux circulent et la pandémie aussi», regrette Jean Pierre habitant non loin du PK 8 qui sert de gare routière.

Dans les agences de transports, si les tarifs ont changé, à la grande souffrance des voyageurs, beaucoup regrettent le manque de surveillance des mesures de prévention qui sont inexistantes.

Autrement dit, même si les transporteurs terrestres respectent la restriction du nombre de passagers par bus, et le port du masque, la circulation des transports interurbains est en réalité la porte ouverte au Covid-19 vers les provinces où on n’a pas encore enregistré des cas.

Dans un contexte où des personnes-contacts de certains patients contaminés sont dans la nature, la fermeture des liaisons terrestres, en dehors du transport des marchandises et des cas d’urgence, serait salutaire dans la lutte contre le Covid-19.

Après avoir enregistré son premier cas de Covid-19, le 12 mars dernier, le Gabon a enregistré à ce jour 6 cas de contamination dont un décès avec plus de 400 personnes en observation. 

LN/LPM


 

RECHERCHE DE L'ACTUALITÉ

Entrez un mot-clé pour rechercher les actualités passées

LA RADIO AGP

CONVERTISSEUR DE DEVISES

VOTE EN LIGNE

Aimez-vous ce nouveau site de l'AGP?

Résultat

MÉTÉO

LIBREVILLE MÉTÉO

RETROUVEZ L'AGP SUR FACEBOOK

Nos Parternaires