Protection de l’environnement 

Destruction d’habitations illégales sur la zone dite «la Mangrove» 

25-08-2019

La mairie de Libreville, par l’entremise du maire adjoint, Serge William Akassaga, a fait une descente à Mindoubé 1, le samedi 24 août écoulé, pour détruire des demeures construites de façon illégale sur la mangrove, une zone protégée. Les résidents qui avaient reçu un préavis de deux mois étaient encore présents et ont dû quitter les lieux séance tenante avant que toutes leurs habitations ne partent en flamme.

Les autorités municipales de Libreville ont fait une descente musclée à Mindoubé 1, plus précisément sur la zone de la mangrove afin de détruire les maisons qui y avaient été construites illégalement, avec de grands risques et des conditions de vies désastreuses. 

A la grande surprise de ces derniers, les habitants qui avaient reçu un préavis étaient encore présents. Leur ayant déjà laissé du temps pour plier bagage, les autorités leur ont demandé  d’emporter  leurs effets les  plus importants avant de procéder à la destruction totale des habitations et mettre le feu. 

A quelques kilomètres de là, se trouvaient d’autres constructions du même genre, mais n’ayant pas reçu de préavis. Face à cette situation, le maire adjoint de la commune de Libreville leur a donné un délai de 45 jours pour quitter les lieux. Tout comme il a interpelé, dans la même zone, un propriétaire d’une scierie avec plusieurs billes d’Okoumé et se trouvant  lui aussi en terrain interdit à la construction. 

Les populations quant à elles ont estimé  que les délais qui leurs étaient accordés étaient courts, le temps pour elles de  faire leurs bagages. D’autres ont indiqué  ne pas avoir assez de moyens pour payer la location ailleurs. Et, pour ce qui est des mesures d’accompagnement, le maire adjoint a exprimé  l’impossibilité pour la mairie  d’encourager le non-respect de la loi.

«Je ne vois pas dans quelle mesure nous pouvons accompagner ou encourager une désobéissance à la loi. Car, ces personnes qui se sont installées ici, l’ont fait en sachant les dispositions légales qui interdisent non seulement de détruire la mangrove, mais de s’installer dans cet environnement. Leur voisine, une dame très âgée le leur avait signifié. Cette installation a donc été fait au forceps dans l’ignorance des dispositions de la loi nationale et  internationale», a-t-il affirmé. 

La mangrove est une zone protégée, très utile pour la protection des terres et abrite une faune riche. Le maire adjoint en charge de l’environnement  s’est donc senti concerné par cette problématique. C’est donc dans ce cadre qu’il a jugé utile de participer à cette mission. 

«Il y a un mois et demi nous étions ici sur ce site. Nous avons adressé aux résidents des mises en demeure pour leur signifier de déménager dans les plus brefs délais. Il leur a été accordé un délai d’un mois à leur demande. Aujourd’hui il était temps que nous venions avant l’arrivée des grandes pluies dégager ce site qui a été construit dans la désobéissance totale des lois internationales et des lois nationales qui prônent la préservation de l’environnement de la mangrove au Gabon», a déclaré l’autorité municipale.

Toujours dans la même dynamique, les équipes municipales ont mené d’autres opérations dont la fermeture des marchés n’étant pas en phases avec la loi ainsi que la démolition des bâtiments inappropriés construits en bordure de route. 

SB


 

RECHERCHE DE L'ACTUALITÉ

Entrez un mot-clé pour rechercher les actualités passées

LA RADIO AGP

CONVERTISSEUR DE DEVISES

VOTE EN LIGNE

Aimez-vous ce nouveau site de l'AGP?

Résultat

MÉTÉO

LIBREVILLE MÉTÉO

RETROUVEZ L'AGP SUR FACEBOOK

Nos Parternaires