Un engin de génie civil consumé par les flammes à Ntoum 

22-07-2019

Le début de week-end a été marqué dans la commune de Ntoum, (à environ 39 Km de Libreville),  par un fait divers rocambolesque, vécu par plusieurs  habitants, avec un engin de génie civil de type chargeur qui a été entièrement consumé par les flammes.

Ce puissant engin  de chantier, très utilisé par les professionnels du BTP, a été consumé par les flammes après avoir pris feu, selon les témoins. Alors qu’il était en pleine circulation sur la Nationale 1  quand tout d’un coup,  son conducteur s’est aperçu d’un feu provenant du moteur. 

Pris de panique, ce dernier s’est vite garé sur le trottoir  avant de prendre ses jambes à son cou. Trois de ses quatre pneus sont partis en fumée, près du Snack-bar Hôtel, communément appelé «Santa Barbara». Bilan : l’engin est réduit en état d’épave hormis la ferraille et la pèle qui restent à récupérer. 

«Nous avons vu comment le feu a commencé. Les flammes étaient si violentes, il fallait être là pour vivre ça et beaucoup des gens sont arrivés. J’ai même filmé la triste scène avec mon téléphone», a témoigné un habitant, qui ajoute que les pneus ont brûlé jusqu’à tard dans la nuit (15h à 21h environs). 

Des sources concordantes, le conducteur très choqué ne pouvait assister à la destruction de son engin, préférant donc de s’en aller en courant totalement désemparé. Seules ses larmes traduisaient la profondeur de son désarroi !

Craignant d’une attaque due à la chaleur, selon les mêmes sources,  la plupart des curieux qui ont accourus sur les lieux,  étaient impuissants devant les terribles flammes, se contentant d’assister comme spectateurs. Surtout que la chaleur était déjà à son maximum et aussi en raison du manque des moyens adéquats pour venir à bout des hautes flammes. Certes, une action de bravoure a été menée par certains jeunes, qui ont tenté sans succès d’éteindre le feu avec des seaux d’eau.

Les véhicules qui passaient par là marquaient une brève escale pour vivre en direct cette situation lamentable avant de poursuivre le chemin, provoquant par conséquent un embouteillage inhabituel sur cette partie de la route nationale. 

Aussitôt informés, les éléments de l’Antenne provinciale de la Police Judiciaire de l’Estuaire, basés à Ntoum, se sont rendus sur place pour constater les dégâts. Une enquête a été aussitôt ouverte pour déterminer les circonstances exactes. 

«La journée de vendredi va être vraiment marqué dans nos esprits et ce en voyant comment un engin qui coûte des centaines de millions de francs CFA prendre feu», a regretté un autre habitant revenant de la mosquée. 

Les habitants de la ville, qui ont vécu cette incinération en début de semaine dernier, continuaient de s’interroger sur ce qui s’est réellement passé pour qu’un véhicule diesel prenne feu ? 

«Comment une voiture diesel peut prendre feu, ça s’explique comment ?», s’est interrogé un  automobiliste sous couvert d’anonymat.

Le tableau de bord n’a pas signé de bémol au moment de démarrage. Son conducteur n’a-t-il pas respecté les consignes de sécurité quand à l’utilisation de sa machine ? 

Autant des questions auxquelles les enquêteurs se doivent de donner une suite pour lever le voile sur cette triste affaire.  

A Ntoum, (chef-lieu du département du Komo-Mondah), où la période de la saison sèche reste propice aux travaux de construction, selon de nombreux  témoignages, le conducteur de la machine effectuait des travaux dans la localité et c’est donc sur le chemin du retour que les choses se sont gâtées. 

Les habitants de la cité ne sont pas coutumiers d’un tel évènement.  La perte d’un engin qui coûte environ 400 millions de francs CFA.

Willy-Arnauld Nguimbi 

RECHERCHE DE L'ACTUALITÉ

Entrez un mot-clé pour rechercher les actualités passées

LA RADIO AGP

CONVERTISSEUR DE DEVISES

VOTE EN LIGNE

Aimez-vous ce nouveau site de l'AGP?

Résultat

MÉTÉO

LIBREVILLE MÉTÉO

RETROUVEZ L'AGP SUR FACEBOOK

Nos Parternaires