Port-Gentil : Il tue sa sœur à l'aide d'un fusil de type calibre 12

13-08-2019

Un jeune homme de 13 ans, Warren Clarck Mpira Olenga, a mis fin aux jours de sa sœur, dans la nuit du mercredi 7 août dernier, à  l'aide d'un fusil de type calibre 12 au  quartier  Pentecôte, dans le deuxième arrondissement de la commune de Port-Gentil, la capitale provinciale de l’Ogooué Maritime (Ouest).  

Les faits remontent  au mercredi 7 août dernier. Warren Clarck Mpira Olenga,  jeune homme  de 13 ans a envoyé ad patres sa sœur à l’aide d’un fusil de type calibre 12,  dans le deuxième arrondissement de la commune de Port Gentil, précisément au quartier Pentecôte. 

En effet, Gaétan Jules Olenga, père du jeune Warren Clarck, de nationalité gabonaise, travaille sur un site pétrolier dont les exigences voudraient qu'il fasse 28 jours en mer et 28 jours de repos. Alors, qu'il partait sur site cinq jours avant le drame, il a donné quarante mille francs CFA à son fils dont trente mille à mettre en épargne et dix mille francs pour ses besoins personnels (Fils).

En l'absence du père, le jeune criminel va décider d'aller s'acheter un téléphone portable d'une valeur de trente-neuf mille francs CFA. Constatant qu'il n'avait plus assez d'argent, il va également décider de prendre l'argent que le père avait  laissé à sa sœur pour les besoins de la maison.

Selon les témoignages des proches du mis en cause, le jour du drame, il a appelé son père pour lui informer qu'il allait partir chez sa mère, Gisèle Wora Yzette, de nationalité gabonaise, habitant au quartier dit ''Matiti'.  Et quelques semaines plus tôt, le jeune homme  avait tenté de percer l'œil de sa petite sœur âgée de quatre ans, à l'aide d'un fer. Suite à cet acte, le père l'avait conduit au commissariat central dans le but de lui infliger une correction, a expliqué le père du mineur.

Néanmoins, il a décidé (père) de mettre une grille à la porte de la chambre de l'enfant afin que ce dernier y reste jusqu'à ce qu'il se calme.  Sieur Gaétan Jules Olenga est donc parti sur site et a laissé son fils dans sa chambre  avec la consigne que son fils ne sorte de sa chambre que si besoin est nécessaire. Pour ce faire, les sœurs étaient donc chargées de lui donner à manger par cette grille.

Avant que le mineur n'ordonne à sa sœur de lui donner l'argent, il  est passé par le plafond et s'est introduit dans la chambre des parents où il se mit à fouiller. Il  a  trouvé un billet de dix mille francs CFA, somme qu'il  a jugée insuffisante. 

En sortant de la chambre du père il tombe sur sa sœur qui détenait l'argent. Il lui ordonna de le lui donner,  chose que la sœur a catégoriquement refusée de faire.

Le jeune homme est ensuite reparti dans la chambre de son père qu'il venait de casser, puis il a pris le fusil de type calibre 12 qui était caché derrière la porte, et a pris également une cartouche qu'il a chargé dans l'arme.

La sœur voyant le frère avec une arme prit la fuite et est allée se cacher dans la douche. Malheureusement pour elle,  son frère a fini par accéder à sa cachette.

Au moment où la mineure voulait sortir de la douche, le frère lui pointa l'arme au front, et  en voulant se défendre elle a eu  le réflexe de soulever le fusil qui finit par cogner contre le mur. Le garçon ayant mis le doigt sur la gâchette et a fini par appuyer par inadvertance, et la balle toucha la petite de 14 ans sur le flan droit. 

«Quand j'ai vu qu'elle est tombée, j'ai pris mes deux autres petites sœurs avec moi et je suis allé les déposer chez la dame qui gère le kiosque du PMUG non loin de notre domicile. Et c’est cette dernière qui a passé un coup de fil à mon père qui était encore sur site», relate le jeune meurtrier.

Traumatisé, le jeune meurtrier est parti en emportant avec lui, la somme de cent cinquante mille francs CFA, détenue par sa sœur qu’il venait d’assassiner froidement. 

La gérante du kiosque a informé Sieur Olenga  et ce dernier inquiet a téléphoné son frère qui à son tour s'est rendu au domicile  du père des enfants. Le corps sans vie de la petite XY y était. Il  a transporté la petite à l'hôpital et informa la Police Judiciaire qui à son tour s'est chargé de retrouver le mineur. Et d'après l'officier de police chargé du suivi de l'affaire, seuls les juges témoigneront de la peine à infliger audit mineur.

Patricia Asseko
 

RECHERCHE DE L'ACTUALITÉ

Entrez un mot-clé pour rechercher les actualités passées

LA RADIO AGP

CONVERTISSEUR DE DEVISES

VOTE EN LIGNE

Aimez-vous ce nouveau site de l'AGP?

Résultat

MÉTÉO

LIBREVILLE MÉTÉO

RETROUVEZ L'AGP SUR FACEBOOK

Nos Parternaires