Trafic

Deux gabonais interpellés pour trafic d'ivoire à Fougamou

29-08-2019

Une jeune femme nommée Marie-Laure Motambi Ngoubou, gabonaise âgée de 22 ans et son conjoint,  Sylla Demba, gabonais d’origine malienne, âgé de 24 ans, ont été interpellés, le mardi 27 août 2019, par la police judiciaire, en possession de trois pointes d'ivoire prêtes  à être vendues, dans la province de la Ngounié. Selon le nouveau code pénal, ils risquent jusqu’à dix (10) années de prison.

L'arrestation du couple présumé trafiquant d'ivoire, Marie-Laure Motambi Ngoubou et Sylla Demba, tous deux gabonais, s'est déroulée le mardi 27 août écoulé, lors d'une opération conjointe des agents de l'antenne provinciale de la Police Judiciaire de la Ngounié, d'un agent de la Direction Provinciale des Eaux et Forêts, appuyés par l'ONG Conservation Justice, pour mettre la main sur les personnes soupçonnées. 

Dans cette affaire, tout part d'un renseignement anonyme adressé aux éléments de la police judiciaire. Selon la source, des individus partaient de Sindara, un village du département de Tsamba-Magotsi (Ngounié) pour vendre de l'ivoire dans la commune de Fougamou. 

Grâce à cette information et à de nombreuses investigations, les hommes de la PJ sont parvenus à remonter au réseau suspecté.

«Arrivée à Fougamou en début d'après-midi, c'est aux environs de 15 heures que l'équipe parviendra à arrêter Marie-Laure Motambi Ngoubou, en possession de trois pointes d'ivoire qu'elle s'apprêtait à vendre», a déclaré un enquêteur proche du dossier. 

Ainsi, la jeune femme et son conjoint vont être appréhendés à Fougamou et Sindara, deux localités de la province de la Ngounié. 

Interrogée après son interpellation, la jeune fille tentera de jouer à l’innocente en affirmant ne pas connaître le contenu du carton dans lequel étaient dissimulées les pointes d'ivoire, avant de dénoncer son partenaire, Sylla Demba. 

Les deux individus ont été conduits à Mouila et placés en garde à vue dans les locaux de la police judiciaire, en attendant d'être transférés à Libreville pour être présentés devant la formation spéciale du Tribunal de Libreville, conformément aux dispositions du nouveau code de procédure pénale en vigueur. Les deux concernés risquent jusqu’à dix années de prison selon le nouveau code pénal.

Chancelle Biket Onanga 
 

RECHERCHE DE L'ACTUALITÉ

Entrez un mot-clé pour rechercher les actualités passées

LA RADIO AGP

CONVERTISSEUR DE DEVISES

VOTE EN LIGNE

Aimez-vous ce nouveau site de l'AGP?

Résultat

MÉTÉO

LIBREVILLE MÉTÉO

RETROUVEZ L'AGP SUR FACEBOOK

Nos Parternaires