Un commerçant retrouve sa carte de séjour arraché par des faux contrôleurs de prix au PK 13

31-01-2020

Un commerçant Sénégalais, s’est vu arracher sa carte de séjour au Pk 13, dans le 3ème arrondissement de la commune de Ntoum, par des faux contrôleurs de prix. Ces derniers ont fini par la lui rendre, suite à une plainte qu’il a déposée auprès de la Direction de la sûreté urbaine. 

Il s'agit d'un boutiquier Sénégalais, répondant sous l'identité de Ba Amadou Samba, installé au PK 13, dans le 3ème arrondissement de Ntoum. Il a été victime d'un faux contrôle à son commerce le 21 janvier dernier, a-t-il  révélé  à l'AGP.

 Mais l'homme d'affaires de 51 ans, dont les contrôleurs suspects avaient ordonné de leur remettre sa carte de séjour pour l'obliger à payer une amande de 96 mille francs CFA, a pu récupérer  son  précieux document suite à une plainte déposée auprès de la Direction de la Sûreté urbaine (DSU)  de la police judiciaire de l'unité de  préfecture de police de Libreville.

«Ils sont venus au nombre de quatre et se sont présentés comme étant des contrôleurs des prix mais je leur ai répondu que les contrôleurs de prix  portent des gilets verts avec le drapeau gabonais sur le côté. C'est comme ça qu'ils ont commencé à fouiller et ont pris quatre boîtes de vinaigre qui n'étaient même pas périmées et m'ont dit de payer 24 mille FCFA sur chaque boîte sous peine de fermer la boutique», a indiqué Ba Amadou Samba, qui dit avoir refusé de céder.

Le commerçant  sénégalais ne savant trop en vertu de quoi ce montant devrait être versé a opposé une résistance. Mais, a plutôt saisi les autorités compétentes pour le chantage et tentative d'arnaque. En effet, ces derniers lui auraient demandé de verser un montant de 30 mille francs CFA via Airtel money afin de récupérer sa pièce d'identité. Mais sans succès.

Les investigations ont mis au jour des démarches illégales  suspectes impliquant dans cette affaire les quatre fameux contrôleurs de prix.

 «Un policier  m'a demandé de lui donner ma carte de séjour et il l'a mise dans sa poche. Les autres ont pris quatre boîtes de vinaigre, puis,  m'ont demandé de les suivre. Mais pendant que je fermais la porte, ils avaient déjà démarré», a-t-il expliqué.

«Sans doute, c'est la pression que la Police Judiciaire (PJ) a mis sur lui qu'il est venu me rendre la carte, puisqu'il a dit qu'on lui a demandé de venir la rendre», a-t-il ajouté.

La boutique de ce commerçant est située un peu loin  de la route Nationale 1, dans une zone qui attire très souvent des contrôles parfois illégaux.

Willy Arnauld Nguimbi 
 

RECHERCHE DE L'ACTUALITÉ

Entrez un mot-clé pour rechercher les actualités passées

LA RADIO AGP

CONVERTISSEUR DE DEVISES

VOTE EN LIGNE

Aimez-vous ce nouveau site de l'AGP?

Résultat

MÉTÉO

LIBREVILLE MÉTÉO

RETROUVEZ L'AGP SUR FACEBOOK

Nos Parternaires