Deux membres d'une même famille emprisonnés pour meurtre d’un enfant  

02-02-2020

Deux membres d'une même famille et leur complice ont été interpellés jeudi 30 janvier écoulé, à Ouellé, sur le site de Sucaf Gabon, à une quarantaine de kilomètres à l'ouest de Franceville, (Haut-Ogooué),  par les éléments de la Brigade de la  Gendarmerie locale. 

Placés en détention préventive à la prison centrale du chef-lieu de la province du Haut-Ogooué, Yan Estimé Ngoussa,  son oncle Jeffrey et leur complice le prénommé, Valérie seraient tous impliqués dans  l'enlèvement de la petite Daniela Grâce Matsemba.

Le corps sans vie de cette petite de près de deux ans avait été retrouvé aux premières lueurs du jour vendredi 24 janvier,  dans les eaux usées d'un château d'eau à Ouellé, un village situé à l'ouest de Franceville plus précisément sur le site de la Sucrerie africaine du Gabon (Sucaf Gabon). 

Cuisiné par les représentants des forces de l'ordre,  Yan Estimé Ngoussa, auteur présumé de cet enlèvement, a cité ses complices, tout en expliquant son mode opératoire. D'après ses propres dires, c'est bien lui qui avait le jeudi 23 janvier dernier enlevé la petite Daniella Grâce Matsemba âgée d'un (1) an et neuf mois dans une cour, dans le but d'aller la livrer à un inconnu à la recherche d'un enfant à sacrifier sur l'autel des pratiques occultes.

Pour ce faire, il révèle avoir été de mèches avec son oncle Jeffrey Bamassango,  qui devait servir de relais pour la transaction d'un montant de 500 mille francs CFA entre lui et son neveu. Mais son oncle  voyant  sans doute l'étau se resserrer sur lui a tout nié à bloc.  

«Il m'a dit Petit Yan, il y a un monsieur qui cherche un enfant, si tu le trouves,  viens me faire signe. Il a dit qu'il allait me donner 500 mille francs CFA parce que c'est lui qui connaît bien le monsieur. Quand je suis remonté aux environs de 18 heures, j'ai pris l'enfant et ensuite je suis parti le remettre. Nous étions trois avec celui qui se prénommeValérie. J'étais conscient que si je lui donnais l'enfant, lui et le monsieur,  allaient le tuer», a révélé Yan Estimé dans les locaux de la Brigade de la Gendarmerie de Sucaf.

De son côté, Jeffrey Bamassango a déclaré,  «oui c'est mon neveu, mais on ne s'est pas vu parce que le matin je suis allé déposer mon enfant à l'école et après je suis allé à mon boulot qui commence à 14 heures jusqu’à 20h à Sucaf».

Les deux membres de la même famille et leur compliceValérie viennent tous d'être écroués à la maison d'arrêt de Franceville en attendant d'être jugés devant la cour criminelle.

 Selon une source judiciaire, les conclusions du médecin légiste dépêché sur place pour effectuer son expertise, ne sont toujours pas rendues publiques, ce qui ne permet pas de savoir si le corps sans vie portait des marques de mutilations ou pas. 

Une affaire qui défraie la chronique alors que la psychose sur le phénomène d'enlèvements supposés d'enfants a provoqué des troubles et soulèvements des populations à travers le pays. Particulièrement à Libreville, où les foules en colère se sont attaquées aux biens et aux personnes, causant au moins deux morts.

Willy Arnauld Nguimbi 
 

RECHERCHE DE L'ACTUALITÉ

Entrez un mot-clé pour rechercher les actualités passées

LA RADIO AGP

CONVERTISSEUR DE DEVISES

VOTE EN LIGNE

Aimez-vous ce nouveau site de l'AGP?

Résultat

MÉTÉO

LIBREVILLE MÉTÉO

RETROUVEZ L'AGP SUR FACEBOOK

Nos Parternaires