Justice populaire du 24 Janvier dernier: Encore deux personnes dans les filets de la DGR !

03-02-2020

Après avoir déféré trois premiers individus pour homicide involontaire et propagations de fausses nouvelles, la Direction générale de recherches (DGR) de la gendarmerie nationale poursuit la traque des personnes ayant participé aux homicides involontaires de deux compatriotes, morts lors des violences enregistrées le vendredi 24 janvier dernier à Libreville, à la suite de la justice populaire consécutive aux présumés enlèvements d’enfants, la semaine dernière. 

La dernière prise de filet en date fait état de deux personnes qui ont été interpellées récemment, avant d’être présentées, ce lundi 03 février, devant le procureur de la République près le tribunal de première instance de Libreville, André Patrick Roponat.

Il s’agit d’une part de Richard Mvé, Gabonais sans emploi qui a été pris pour avoir posté des messages d’appels à l’insurrection et la violence populaire contre des présumés criminels rituels ou kidnappeurs d’enfants pris en flagrant délit, sur sa page Facebook.

«Nous devons agir de façon violente, chacun doit avoir une machette, un couteau, un fusil, nous devons nous-mêmes faire le contrôle. Si jamais les corps habillés nous attaquent, considérons les comme complice de crime rituel et réservons leur le même sort qu’on réservera les criminels qui nous attraperons, nous ne devons livrer personne à la police, un criminel rituel attraper doit être un criminel rituel tuer sans demi-mesure ! Nous sommes en guerre elle nous est déclarée par les gouvernants alors agissons comme des personnes en guerre», avait écrit Richard Mvé. Il a écopé d’un mandat de dépôt pour un séjour à la maison d’arrêt de Libreville.

Selon les enquêteurs en charge du dossier, dans ce message, le mis en cause fait clairement appel à l’insurrection et à la violence. Toute chose qui aurait influencé des milliers de personnes, eu égard au nombre de vues enregistrées depuis lors par son post (6170).

L’autre personne arrêtée par les éléments de la DGR est une Camerounaise de 31 ans, nommée Gamelle Mbepap Mboumba. Elle est poursuivie, quant à elle, pour des faits de coups et blessures volontaires ayant entrainé la mort, instigation à la violence et propagation de fausses nouvelles sur les réseaux sociaux. Un message audio dans lequel elle se réjouit après avoir participé au lynchage d’un homme au cours d’un acte de justice populaire. 

«C’est grave ! Moi-même j’ai boxé le bandit avec le chevron et la barre de fer que j’ai pris chez mon voisin. Le bandit-ci va mourir. J’ai donné des coups de poing vraiment», peut-on l’entendre se féliciter dans cet audio. Pourtant, la personne abattue était en réalité innocente.

Willy-Arnauld Nguimbi 


 

RECHERCHE DE L'ACTUALITÉ

Entrez un mot-clé pour rechercher les actualités passées

LA RADIO AGP

CONVERTISSEUR DE DEVISES

VOTE EN LIGNE

Aimez-vous ce nouveau site de l'AGP?

Résultat

MÉTÉO

LIBREVILLE MÉTÉO

RETROUVEZ L'AGP SUR FACEBOOK

Nos Parternaires