Fait divers

Mounana: Il passe son fils au fer à repasser pour le punir

17-06-2020

Mack Gaivor Mvou Mbiga, 32 ans de nationalité gabonaise a, dans un excès de colère, brûlé au fer à repasser son fils de 8 ans à Mounana.

Les faits se déroulent le vendredi 11 juin dernier à Mounana, à une quinzaine de kilomètres de Moanda dans la province du Haut-Ogooué (Sud-est). Le petit Jérémie qui vient de finir une partie de jeux avec ses amis va subir un véritable calvaire. Et pour cause, le bambin, qui a emporté les clés de la maison à sa partie de jeux, les a perdues. Mal lui en a pris, vu que son père va utiliser un moyen extrême pour le punir. 

Déshabillé, puis frappé, d'abord avec un tuyau de plomberie, puis un cordon, les pleurs et hurlements du petit ne suffiront pas pour stopper son père pourtant pasteur assistant à l'église «Épée du combat». Comme si cela ne suffisait pas, Jérémie va être repassé au fer chaud. Le père indigne va ainsi passer son fer brûlant sur les fesses, le dos, le ventre et la bouche du gamin avant de l’envoyer au lit.

«C'est le lendemain, quand je l’ai croisé sur les marches d’escalier, que j’ai vu et constaté la gravité de ce que je lui avais fait. Pris de remords, j’ai appelé des gens qui me devaient de l'argent pour l'emmener à l'hôpital», raconte aux policiers Mack Gaivor Mvou Mbiga qui a été placé en garde à vue après une dénonciation.

Ce sont les voisins qui finiront par emmener le petit Jérémie à l’hôpital à Mounana, avant son transfert à l’hôpital Marcel-Abeke de Moanda où il a été pris en charge et interné. Si pour l’heure, l’état du jeune garçon reste stable d’après les personnels soignants, à Mounana et même dans la famille c’est encore la stupéfaction.

La sœur de Mack Gaivor, au chevet du jeune garçon est encore bouleversée par ce qui vient de se produire.

«Vraiment moi-même je ne peux rien vous dire (…). Je le connais et je ne sais pas ce qui est arrivé. L’acte est posé, ce que nous pouvons dire ne servira à rien de toutes les façons. Ces enfants ils les gardent depuis un certain temps, nous n’avons jamais constaté rien de tel», a-t-elle indiqué, tenant à garder l’anonymat. 

Dans cette affaire, le double drame est que Mack Gaivor Mvou Mbiga est un célibataire qui élève seul ses enfants, Jérémie et sa sœur de 4 ans.

Malgré le témoignage de sa sœur, beaucoup mettent en doute le sens des responsabilités du père fouettard. Car, a-t-on appris de source proche de la famille, que le petit Jérémie n’aurait pas été scolarisé cette année, et quand il est question de retourner l’enfant à sa mère vivant à Franceville, pour une meilleure prise en charge, Mack Gaivor se serait opposé malgré les conseils des uns et des autres. Même chose pour la cadette de 4 ans qui devait repartir chez sa grand-mère à Libreville où elle vivait.

Au terme de son audition, il a été placé sous mandat de dépôt à la prison de Yene à Franceville, en attendant son jugement.

Nancy TALI IBINDA

RECHERCHE DE L'ACTUALITÉ

Entrez un mot-clé pour rechercher les actualités passées

LA RADIO AGP

CONVERTISSEUR DE DEVISES

VOTE EN LIGNE

Aimez-vous ce nouveau site de l'AGP?

Résultat

MÉTÉO

LIBREVILLE MÉTÉO

RETROUVEZ L'AGP SUR FACEBOOK

Nos Parternaires