RDC: Félix Tshisekedi en tournée en Angola et au Kenya 

05-02-2019

Le chef de l’Etat congolais entame sa première visite ce mardi à l’international par l’Angola, le Kenya, le Congo Brazzaville et certainement à Addis-Abeba (Ethiopie) dans le cadre du sommet de l’Union africaine.

L’Angola ouvre le bal, le président de la République Démocratique du Congo (RDC) va être reçu par son homologue, Joao Lourenço. Cependant, la visite la plus importante, c’est le Kenya où le président Uhuru Kenyatta est un soutien de taille et Félix Tshisekedi compte passer la nuit. Il faut rappeler que Joao Lourenço est le premier des chefs d’Etat qui ont douté de l’élection de Félix Tshisekedi alors que Uhuru Kenyatta a fait le déplacement pour sa prestation de serment.

Il s’agira de remercier Nairobi, mais de rassurer Luanda, a expliqué l’entourage du président de la RDC. Comme d’ailleurs à Brazzaville où la tournée doit se terminer.

Malgré les doutes, les deux voisins de la RDC ont fini par féliciter Félix Tshisekedi pour son élection et ils se sont dits prêts à coopérer avec le nouveau président congolais. Mais chez les voisins de la RDC, on dit d’abord qu’on va écouter Félix et ses sollicitations éventuelles. Mais on regarde toujours avec inquiétude la situation, avec Joseph Kabila qui reste une donnée essentielle du problème et Martin Fayulu qui «ne lâche pas». Mais ce sont avant tout des problèmes intérieurs, dit-on, en amont de la visite du président congolais, a rapporté rfi.fr. 

Il faut dire  que l’Angola joue un rôle important dans la crise congolaise. Déjà à la veille de Noël 2016, les évêques de la RDC peinent à mettre les acteurs de la crise politique congolaise d'accord, le gouvernement angolais décide de retirer ses officiers encore stationnés dans le pays. Le geste est loin d'être symbolique. Le deuxième et dernier mandat constitutionnel de Joseph Kabila se termine et Luanda avait toujours été accusé par l'opposition d'assurer sa protection et son maintien au pouvoir, a indiqué Rfi.fr.

L'élection de Joao Lourenço ne change pas grand-chose pour Joseph Kabila. Juste avant de finalement désigner un dauphin, c'est à Luanda que le président congolais se rend, lui qui disait refuser toute pression extérieure, a indiqué Rfi.

Il faut souligner le ciel nuageux entre les deux capitales, Kinshasa et Luanda. La contestation des résultats et le partage du pouvoir entre Joseph Kabila et Félix Tshisekedi suscitent de nouvelles inquiétudes. L'Angolais Joao Lourenço aurait œuvré avec le Rwandais Paul Kagamé et d'autres pays voisins pour obtenir la suspension de la proclamation des résultats définitifs et ouvrir des négociations, ce que Kinshasa a refusé. Et ce n'est qu'à la veille de l'investiture que Luanda a fini par féliciter le nouveau président et s’est dit prêt à collaborer avec lui, a tenu à préciser Rfi.fr.

RAGA

RECHERCHE DE L'ACTUALITÉ

Entrez un mot-clé pour rechercher les actualités passées

LA RADIO AGP

CONVERTISSEUR DE DEVISES

VOTE EN LIGNE

Aimez-vous ce nouveau site de l'AGP?

Résultat

MÉTÉO

LIBREVILLE MÉTÉO

RETROUVEZ L'AGP SUR FACEBOOK

Nos Parternaires