Mouila : Le collectif de «Jeune capable» sensibilise les mineurs en prison et leur offre des kits alimentaires

25-12-2020

Une délégation du «Jeune capable», structure associative locale qui fait dans la solidarité et le social, s’est rendue mercredi à la prison centrale de Mouila, chef-lieu de la province de la Ngounié, en vue de sensibiliser les mineurs incarcérés à ne plus commettre des actes inciviques leur privant de liberté, et par ricochet, leur remettre des kits alimentaires en cette période de fête de nativité et de fin d’année.

Dans l’optique de  boucler les activités inscrites dans le calendrier  de l’année qui s’achève, comme cela a été dans les établissements publics et privés de la ville de Mouila pour détention. C’est en ce sens que l’apport du psychologue clinicien, Ali Mboumba du Centre hospitalier régional (CHRM) a été remarquable. En guise de conseils, il leur a demandé de «ne plus commettre des actes inciviques, de ne pas aussi perdre espoir et que le milieu carcéral serve de leçons et fortifie les pensées positives». Il a souhaité s’entretenir individuellement avec eux dans les jours à venir pour comprendre la motivation et l’histoire de chacun, à condition que le parquet et le directeur de la prison l’y autorisent.

Pour avoir instruit certains dossiers de ces mineurs pendant son passage au parquet en tant que substitut du procureur de la République près le tribunal de première instance de Mouila, Christopher Otsovandjogo Zigan, juge d’instruction chargé des questions de mineurs, a justifié la présence de ces jeunes dans le milieu carcéral. Selon lui, «la présence de ces jeunes en prison est qu’ils ont commis l’irréparable», relevant qu’«il était souvent trop tard pour eux lorsqu’on les emmenait en déferrement, il fallait anticiper en les sensibilisant en amont pour les dissuader et éviter à ce que l’irréparable ne se produise. Voilà pourquoi ils sont en détention». Toute chose qu’il faisait autrefois, en attirant l’attention des jeunes contre la délinquance juvénile dans la province.

«Les mineurs n’ont pas leur place en prison», a-t-il dit partant du principe que ces derniers doivent être rééduqués dans des structures adaptées puis réinsérés dans la société. Mais, «les alternatives manquants ainsi que les structures, la seule (alternative) qui se présente est l’emprisonnement», a souligné le magistrat, avant de conseiller que «faire une faute c’est une chose, vous êtes tombés sous le coup de la loi, mais il faut comprendre pourquoi vous êtes là et quand vous en sortirez, ne faites plus les mêmes erreurs»

Enfin, le pasteur de l’église locale Canaan, Rodrigue Boussiengui a utilisé quelques versets bibliques pour appuyer les conseils de ses prédécesseurs. Les kits alimentaires des 17 mineurs étaient composés d’un sac de riz, de spaghettis, du gari (à base du manioc séché), des boites de conserve, des savonnettes, l’oignon, des sachets de lait, du sucre plus un nouveau testament. Une action soutenue par des opérateurs économiques de la place partenaires du collectif.

Créée en janvier 2020 et conduite par son coordinateur général, Phil Arnaud Nziengui, cette ONG  sensibilise les jeunes face à la délinquance juvénile. C’est pour cette raison que le collectif s’est rendu à la prison de Mouila pour s’entretenir et sensibiliser les mineurs dont l’âge varie entre 13 et 17 ans sur les méfaits qui les ont conduits en prison.

JPM/CSM

RECHERCHE DE L'ACTUALITÉ

Entrez un mot-clé pour rechercher les actualités passées

LA RADIO AGP

CONVERTISSEUR DE DEVISES

VOTE EN LIGNE

Aimez-vous ce nouveau site de l'AGP?

Résultat

MÉTÉO

LIBREVILLE MÉTÉO

RETROUVEZ L'AGP SUR FACEBOOK

Nos Parternaires