Exploitation forestière: nouvelles illégalités et tensions à Fougamou

24-02-2021

L'ONG Conservation Justice a effectué une mission du 10 au 19 février 2021, en vue d'informer les communautés villageoises sur la législation en matière d'exploitation forestière. Ceci pour permettre de faire valoir et de faire respecter leurs droits tout en respectant leurs devoirs, dans le département de Tsamba-Magotsi (Fougamou), dans la province de la Ngounie, au sud du Gabon.

 

Dans le cadre de ses activités mensuelles de suivi et de développement des activités communautaires, une équipe de l'ONG Conservation Justice s'est rendue au département de Tsamba-Magotsi (Fougamou) dans la province de la Ngounie, au sud du Gabon, pour une mission d'information, du 10 au 19 février dernier.

L'objectif principal était d'informer les communautés villageoises sur la législation en matière d'exploitation forestière afin de leur permettre de faire valoir et de faire respecter leurs droits tout en respectant leurs devoirs.

Selon l'organisme, au village Mandilou, la communauté demeure dans l’incompréhension concernant la situation de la société EFQ (Exploitation Forestière Quentin) qui exerce dans cette zone.

" En effet, alors qu’un premier cahier des charges contractuelles a été exécuté, il n'en demeure pas moins que la poursuite des activités de cette société était conditionnée par l'administration des Eaux et Forêts, d'une signature d'un avenant y relatif. Cette signature était prévue au mois de janvier 2021 entre EFQ et la communauté. Cet avenant est une prolongation de contrat lui permettant de reprendre l'exploitation, mais il n’a pas encore été signé. A la grande surprise des villageois, cet opérateur, qui aurait régulièrement été épinglé pour des actes d’exploitation forestière illégale, a repris ses activités. Il a quasiment sorti tout le bois qui se trouvait sur le site d'exploitation, au détriment des communautés, de la législation, et donc du pays ", a expliqué un agent de Conservation Justice.

Un constat déplorable lors de la visite aux parcs à bois qui ont été vidés. Il a été observé que certaines billes d'Okoumé n'étaient pas marquées. Mais aussi des culées d'Ovengkol, une essence de bois particulièrement recherchée, marquées à l'effigie de la société EFQ.

Pour Conservation Justice, ceci constitue un délit, car l'article 128 du code forestier prévoit que tout arbre abattu doit être marqué de l'empreinte du marteau sec et d'un code d'identification de l'arbre.

Le constat a été le même au village Kouagna, entre la communauté et l'exploitant forestier, la société SBN (Société des Bois de la Ngounie). Alors que l’autorisation d’exploiter devait prendre fin le 6 février 2021 et toute activité devait normalement cesser comme précisé dans un courrier de l’administration.

Toutefois, les défenseurs de l'exploitation forestière illégale déplorent le fait que cet exploitant continue à sortir du bois qui se trouve sur le site d'exploitation, au grand mécontentement des villageois.

" A ce sujet, l'opérateur affirme qu'il s'agit d'un plateau chargé depuis le mois d'octobre 2020 mais qui était tombé en panne. Selon lui, ce bois avait déjà été rentabilisé dans le bordereau et il estime avoir le droit de le sortir du site. Mais ce n’est pas ce qui est prévu dans un courrier envoyé par l'administration des Eaux et Forêts, qui essaie de concilier les deux parties. Dans ce courrier, il est question d’établir une résiliation de contrat en toute transparence et dans le respect des engagements pris par les deux parties. A cet effet, un chronogramme avait été établi par l’administration à savoir, l’arrêt de toute activité d’exploitation forestière dans la forêt communautaire de Tokano, la restitution du marteau forestier et de tous les documents administratifs détenus par le fermier, l’inventaire de tout le bois se trouvant sur les différents parcs du site et enfin, une réunion avec les différentes parties sur le bilan financier de l’exploitation du bloc 3 de la forêt communautaire de Tokano.  Mais le dialogue semble avoir été rompu. La colère grandit au sein du village et la possibilité d'une rixe entre les villageois et la société SBN devient de plus en plus probable ", a déclaré Conservation Justice.

L'exploitation forestière illégale est un phénomène assez inquiétant et malgré les efforts du Ministère en charge des Eaux et Forêts pour éradiquer cela, certaines pratiques illégales perdurent. Les personnes affectées directement par ces illégalités sont les populations villageoises et plus globalement l’économie locale et nationale, minée par les illégalités et la corruption. Des sanctions strictes paraissent indispensables pour dissuader les exploitants forestiers illégaux.

 

Chancelle BIKET ONANGA (Source Conservation Justice)

 

RECHERCHE DE L'ACTUALITÉ

Entrez un mot-clé pour rechercher les actualités passées

LA RADIO AGP

CONVERTISSEUR DE DEVISES

VOTE EN LIGNE

Aimez-vous ce nouveau site de l'AGP?

Résultat

MÉTÉO

LIBREVILLE MÉTÉO

RETROUVEZ L'AGP SUR FACEBOOK

Nos Parternaires