Nouvelles conditions d’attributions des bourses : L’Assemblée nationale appelle le gouvernement à surseoir la mesure

13-04-2019

L’Assemblée nationale a invité ce samedi 13 avril  le gouvernement gabonais à surseoir la décision du conseil des ministres du 29 mars dernier relative aux nouvelles conditions de bourses, dans le souci de la préservation de la stabilité dans le pays. 

Dans une correspondance adressée au Premier ministre gabonais et signé du premier vice-président de l’Assemblée nationale au nom du président de cette institution, Faustin Boukoubi en mission, la première chambre du parlement justifie cet appel par  le mécontentement exprimé par les élèves et leurs parents face cette mesure.

«Soucieux de la stabilité des institutions et la paix sociale, l’Assemblée nationale suggère au gouvernement de bien vouloir surseoir cette mesure», indique le communiqué.

«Tout en reconnaissant la pertinence de cette mesure qui vise la promotion de l’excellence de notre système éducatif et la maîtrise de la dépense publique, la représentation nationale constate néanmoins que cette mesure est source de mécontentement généralisé des élèves et des parents sur l’ensemble du territoire national», poursuit le même communiqué. 

Et, pour une bonne application de la mesure, le président de l’Assemblée nationale appelle le gouvernement au dialogue avec les partenaires sociaux. 

Le 29 mars dernier en conseil des ministres, le gouvernement avait  modifié le décret fixant les conditions d’attributions, de transfert et suppression de bourses. Le nouveau décret dispose que l’accès à la bourse d’études sera désormais conditionné par l’obtention d’une moyenne générale supérieure ou égale à  12/20 au baccalauréat pour les élèves âgés de 19 ans.

Cette mesure avait aussitôt entrainé des mouvements de contestation dans plusieurs villes du pays. Les élèves des lycées et collèges avaient ainsi investi les rues depuis le lundi 8 avril dernier pour contester cette mesure prise le par le gouvernement. Le mécontentement des élèves avait conduit le ministère de l’Education nationale à suspendre les cours, le mercredi 10 avril dernier sur toute l’étendue du territoire national. 

Tous les regards sont désormais rivés vers le gouvernement vu que le ministre d’Etat en charge de l’Education nationale, Michel Menga M’Essone a annoncé jeudi dernier  la mise en place d’une commission devant réfléchir sur la question. Tout comme il tiendra, ce dimanche 14 avril, une grande réunion qui réunira l’ensemble des responsables des établissements, des syndicats, des associations des parents d’élèves ainsi que les différents responsables dudit ministère.  

Stéphane Nguéma 
   
    

   

RECHERCHE DE L'ACTUALITÉ

Entrez un mot-clé pour rechercher les actualités passées

LA RADIO AGP

CONVERTISSEUR DE DEVISES

VOTE EN LIGNE

Aimez-vous ce nouveau site de l'AGP?

Résultat

MÉTÉO

LIBREVILLE MÉTÉO

RETROUVEZ L'AGP SUR FACEBOOK

Nos Parternaires