Enseignement supérieur

Julien Nkoghé Békalé: «...avancer par les actes et non par les promesses»

14-10-2019

Tel est le message livré par le Premier ministre, Julien Nkoghé Békalé, ce lundi 14 octobre 2019 à l’École normale supérieure de l’enseignement technique (ENSET), aux acteurs de l’Enseignement Supérieur suite à leurs revendications. 

La veille de la rentrée académique 2019-2020, le Premier ministre, Julien Nkoghé Békalé, accompagné de quelques membres du gouvernement, a rencontré, ce lundi 14 octobre 2019 à Libreville, les composantes du secteur de l’Enseignement supérieur qui, depuis plusieurs années, connaissent des difficultés énormes dans l’exercice de leurs fonctions.

L’objectif de cette rencontre était, entre autres,  de transmettre le message de reconnaissance du chef de l’Etat, Ali Bongo Ondimba, et de se rendre compte de l’état d’avancement des travaux en cours dans les universités.

Les représentants des Syndicats, du personnel Atos, et des étudiants ont saisi cette occasion pour présenter au Chef du gouvernement leurs revendications.

Les syndicalistes, par la voix de Mme Nathalie Sima Eyi, ont relevé les questions de régularisation des situations administratives de plusieurs enseignants jusque là sans postes budgétaires, de prise en compte du dernier salaire de base dans le calcul de la pension retraite et de paiement de l’indemnité des services rendus. 

Sur la question de régularisation des situations administratives, le ministre de la Fonction publique, Madeleine Berre, présente à cette rencontre, a indiqué que 78 dossiers sur 168 identifiés en présalaire sont au niveau du budget. 

Entre autres revendications du personnel Atos et de la Mutuelle,  l’égalité du traitement entre les différentes composantes de l’Enseignement supérieur ; la dette sociale ; la construction et réhabilitation des logements estudiantins promis depuis 5 ans ; l’implantation des salles multimédia et aménagement des bibliothèques dans les grandes écoles ainsi que la sécurisation des universitaires et grandes écoles.

En réponse à ces doléances, le Premier ministre a indiqué avancer en posant les actes et non les promesses. «Homme pragmatique, qui entend avancer par les actes et non par les promesses, je suis venu vous dire, que nous allons avoir un premier frémissement à partir de cette année. Au travers de cinq nouveaux amphithéâtres, nous allons progressivement lancer un programme de modernisation de nos universités, en partant de l’existant, qu’il faut réhabiliter», a fait savoir Julien Nkoghé Békalé.

La délégation du gouvernement a procédé à la visite de l’enceinte de l’Université Omar Bongo et de l’Université de sciences et de la santé d’Owendo.

«L’objectif était aussi de ne pas prendre des décisions dans les bureaux, mais de toucher du doigt et de voir en réalité ce qui peut être fait rapidement et dans le long terme. C’est pour cela qu’à la fin de mon intervention, j’ai invité le ministre de l’Enseignement supérieur d’organiser rapidement un colloque sur les 50 ans de l’Université du Gabon et pour quelle université de demain», a indiqué Julien Nkoghé Békalé.

A l’Université Omar Bongo, le Premier ministre  et sa délégation ont visité le célèbre amphithéâtre abandonné et non achevé appelé  «Bunker» où des jeunes s’adonnent à plusieurs types de drogues, n’hésitant pas à braquer les passants. Au sortir de là, Julien Nkoghé Békalé a promis de détruire ce lieu. 

«Ce que nous avons vu est intolérable. La puissance de l’Etat va s’affirmer. Cet endroit appelé Boomker va être détruit entièrement pour qu’il retrouve sa destination initiale, c’est-à-dire la franchise universitaire», a-t-il martelé.

Florine Angue

RECHERCHE DE L'ACTUALITÉ

Entrez un mot-clé pour rechercher les actualités passées

LA RADIO AGP

CONVERTISSEUR DE DEVISES

VOTE EN LIGNE

Aimez-vous ce nouveau site de l'AGP?

Résultat

MÉTÉO

LIBREVILLE MÉTÉO

RETROUVEZ L'AGP SUR FACEBOOK

Nos Parternaires