Léandre Nzué en tournée dans les six arrondissements de Libreville

04-02-2020

Le Maire de la commune de Libreville, Léandre Nzué, a débuté une tournée dans les six arrondissements de la commune de Libreville. La première étape de ce périple lui a permis d’échanger directement avec les membres des bureaux des conseils d’arrondissements, en plus des chefferies.

Le maire de Libreville a ouvert lundi, une série d’échanges avec les personnels municipaux et les chefs des quartiers de la commune. Débutée par le 1er et le 2ème arrondissement de Libreville, cette initiative qui s’étendra aux autres arrondissements a été l’occasion pour Léandre Nzué et son équipe de toucher du doigt l’essentiel des maux qui constituent un frein à la mission de service public des uns et des autres.

Devant ses mandants, l’édile de la capitale gabonaise s’est essentiellement appesanti sur les actions prioritaires des arrondissements, les conditions de travail des agents, mais également sur la situation des chefferies des quartiers de chaque arrondissement.

Outre les conditions de travail qui ne répondent plus aux exigences du moment et à certaines conditions de sécurité et d’épanouissement, les problèmes de salubrité, de sécurité, d’occupation illicite du domaine communale, ainsi que l’insécurité galopante, ont également figuré en bonne place des discussions. A cela s’ajoute le paiement prochain, par la mairie de Libreville, de la quote-part des cotisations sociales des agents municipaux.

De la mairie du haut de Gué-Gué, dans le 1er arrondissement en passant par celle de la campagne dans le 2ème arrondissement, ce sont en effet les mêmes problématiques qui ont été portées à l’attention de l’équipe municipale 

Aussi, pour tenter d’apporter un mieux-être à certaines situations jusqu’ici fâcheuses pour ses agents et le reste des habitants de sa circonscription, le premier magistrat du 1er arrondissement, Jean-Baptiste Obame Emane, a entre autres proposer l’amélioration de la distribution d’eau et de l’éclairage public, la restauration des bâtiments municipaux, l’informatisation de l’Etat civil, la création d’une bibliothèque numérique, la mise en place d’une unité de santé de premiers soins, et l’organisation d’une fête culturelle dans l’arrondissement.

Pour leur part, les vingt-deux chefs de quartiers de l’arrondissement ont gradués leurs préoccupations en 8 points, dont le renforcement de l’autorité du chef de quartier, leur sécurisation, la révision à la hausse de leur indemnité de sujétion au moins à la hauteur du SMIG, multiplier les points de ramassages des ordures et mise sur pied d’une réelle politique de lutte contre l’insécurité galopante dans les quartiers.

Bouclant la première étape de sa caravane par le 2ème arrondissement son fief politique, Léandre Nzué a eu droit au même tableau sombre des conditions de travail de ses collaborateurs.

Prenant la parole, le maire Albert Oyame a relevé les difficultés d’ordre matériel et structurel qui affectent au quotidien le rendement de son institution. Il s’agit notamment de l’état physique du bâtiment, des liens entre la mairie et les chefferies, des rapports avec les opérateurs économiques, l’insalubrité, des problèmes d’adduction d’eau, de distribution de l’électricité et du réseau routier.

Ayant également pris part à l’exercice, les secrétaires généraux des deux arrondissements ont, eux aussi fait un diagnostic peu reluisant de leurs instances et des conditions de vie d’une grande majorité des agents. Avec comme point proéminent le non-paiement par la mairie des cotisations des agents, dont certains sont atteint par la limite d’âge de travail.

Conscient des missions dévolues à l’ensemble des agents municipaux, mais surtout de leur droit à un mieux-être, Léandre Nzué, portant une oreille attentive aux doléances de l’ensemble, a promis faire un peu plus en fonction des disponibilités financières. 

Sur la question des cotisations, l’édile de Libreville a annoncé une suite favorable aux attentes de ses collaborateurs.

«Sur la question, je tiens à vous rassurer que nous avons trouvé un début de solution. Ce matin d’ailleurs, j’ai eu une réunion de travail avec le directeur de la CNSS. Mieux, la mairie de Libreville a des ristournes au trésor public. Ce n’est pas seulement un problème pour notre institution, mais aussi pour la CNSS. C’est d’ailleurs pourquoi nous ne pouvons pas envoyer certains agents à la retraite en ce moment», a-t-il fait savoir.

La deuxième étape de ce périple municipale se poursuit ce mardi dans le 3ème et 4ème arrondissements de Libreville.

Désiré Menzoughe

RECHERCHE DE L'ACTUALITÉ

Entrez un mot-clé pour rechercher les actualités passées

LA RADIO AGP

CONVERTISSEUR DE DEVISES

VOTE EN LIGNE

Aimez-vous ce nouveau site de l'AGP?

Résultat

MÉTÉO

LIBREVILLE MÉTÉO

RETROUVEZ L'AGP SUR FACEBOOK

Nos Parternaires