Dialogue politique intensifié Gabon-Union Européenne: Présentation du projet d’appui à la promotion et protection des droits de l’homme au Gabon

05-02-2020

Dans le cadre du suivi des conclusions du dialogue politique intensifié entre le gouvernement gabonais et l’Union européenne, le nouveau projet d’appui à la promotion et à la protection des droits de l’homme au Gabon (PAPPH), a été présenté le mardi 4 février écoulé au ministre des Affaires étrangères Alain-Claude Bilié-By-Nzé par la délégation de l’Union européenne, Rosario Bento Pais, a constaté l’AGP. 

Cette rencontre a vu la présence d’autres membres du gouvernement impliqués dans le suivi du dossier notamment les ministres de la Défense nationale, Rose Christiane Ossouka Raponda, des Relations avec les Institutions constitutionnelles, Denise Mekam’ne, de l’Intérieur, Lambert Noël Matha et de la Communication, Edgard Anicet Mboumbou Miyakou.

Ce projet dont la valeur financière s’élève à hauteur de 327 millions 978 milles 500 francs CFA, pour une périodicité de dix-huit mois, permettra, entre autres, aux autorités gabonaises de renforcer les capacités techniques et opérationnelles des acteurs étatiques que sont la Commission nationale des droits de l’homme (CNDH), et la Direction générale des droits de l’homme (DGDH) en vue de l’accomplissement de leurs mandats conformément à la loi et aux standards internationaux.

La mise sur pied de ce projet, cofinancé par le Fonds des Nations unis pour le développement (PNUD), et l’Union européenne (UE), marque le début d’un dialogue politique régulier. Il permettra également de renforcer les capacités de la société civile et des médias, notamment dans la lutte contre l’impunité des violations des droits de l’homme. Mais aussi dans le suivi et la documentation des cas de violations des droits de l’homme, en plus de la mise en place d’un cadre de coordination et de coopération entre les acteurs étatiques et non-étatiques.

S’inscrivant dans le cadre des conclusions du dialogue politique intensifié, la mise sur pied d’un groupe de travail a été actée par les ministres gabonais, les diplomates européens et onusiens. Les parties se sont, en effet, accordées sur les panels qui vont composer ledit groupe de travail, mais aussi sur le possible début des travaux.

L’Union européenne sera représentée par certains ambassadeurs. Mme Rosario Bento Pais prendra également une part active aux travaux. Côté gabonais, outre les ministres directement concernés par le sujet, la présence des techniciens est aussi prévue. A leurs côtés se joindront la société civile, les médias, la Commission nationale des droits de l’homme, et la direction générale des droits de l’homme.

Conscient des enjeux du moment et de l’importance de la mission, le ministre des Affaires étrangères a dit son souhait de contribuer à l’amélioration de la protection des droits de l’homme au Gabon.

«Nous souhaitons globalement améliorer les standards du Gabon en matière de respect et de protection des droits humains. Nous savons qu’il y a des améliorations à faire et nous avons aujourd’hui des partenaires qui nous accompagnent, et c’est avec bonheur que nous les mettrons en œuvre dans le respect bien entendu des lois nationales et des normes en la matière», a déclaré Alain-Claude Bilié-By-Nzé.

Repris dans les conclusions conjointes du dialogue politique intensifié entre le gouvernement gabonais et l’Union européenne, ce projet est le fruit d’intenses consultations entre les différents partenaires. Dont la Commission nationale des droits de l’homme, le ministère de la Justice, la société civile, ainsi que certaines agences onusiennes et l’Union européenne.

Désiré Menzoughe

RECHERCHE DE L'ACTUALITÉ

Entrez un mot-clé pour rechercher les actualités passées

LA RADIO AGP

CONVERTISSEUR DE DEVISES

VOTE EN LIGNE

Aimez-vous ce nouveau site de l'AGP?

Résultat

MÉTÉO

LIBREVILLE MÉTÉO

RETROUVEZ L'AGP SUR FACEBOOK

Nos Parternaires