Congrès et anniversaire couplés en gestation à l’Union nationale

10-02-2020

L’Union nationale (UN), parti politique de l’opposition gabonaise, s’active   pour l’organisation de son 2ème  congrès ordinaire couplé à la commémoration de son 10ème anniversaire.  L’annonce a été faite par son président, Zacharie Myboto, dans un communiqué publié le 5 février, à l’issue de la réunion du bureau national du parti tenue le 28 janvier 2020 à Libreville. 

«Cette année 2020, l’Union nationale, notre parti, a, dans son agenda, l’organisation de deux évènements de grande importance, à savoir : le dixième anniversaire et son deuxième congrès ordinaire», indique le communiqué. 

«En raison de la solennité de  ces évènements, et de la proximité des dates de leur tenue, le bureau national du parti a, au cours de sa séance du 28 janvier 2020, décidé de les faire coïncider. Ainsi, le dixième anniversaire prévu pour être célébré le 10 février 2020, sera fondu dans les manifestations meublant l’organisation du deuxième congrès ordinaire», poursuit-il.  

«Un communiqué du bureau national informera les militantes et les militants, sympathisantes et sympathisants, de la date arrêtée pour la tenue du congrès», conclut-il.   

Il est vrai que cette rencontre en gestation à l’Union nationale rentre dans le cadre du fonctionnement d’une formation, en conformité avec sa règlementation. Toutefois, ce congrès dont la date reste à communiquer, sera tout de même  l’occasion pour ce parti d’opposition,  de faire l’état de lieu de son fonctionnement jusqu’à ce jour.

Il pourrait être inéluctablement question  de revenir sur les dysfonctionnements à l’origine de ses contreperformances enregistrées ces dernières années. Ce dans l’objectif de mieux aborder l’avenir qui prévoit d’ailleurs trois échéances électorales en 2023 notamment, l’élection présidentielle.

Faut-il rappeler que l’Union nationale créée en 2010, au sortir de l’élection présidentielle de 2009, est en perte de vitesse sur le terrain  consécutive à sa fragilisation. Ainsi, alors qu’il avait obtenu un maximum d’élus au sortir des élections locales de 2013, cette formation politique se verra frapper d’interdiction en janvier 2011, à la suite de la prestation de serment de son Secrétaire exécutif, André Mba Obame, qui s’était autoproclamé, président de la République, dans sa logique de contestation de l’élection de l’un de ses adversaires, le candidat du Parti démocratique gabonais (PDG), Ali Bongo Ondimba. 

Le processus de fragilisation va se poursuivre en 2016, avec la création du Front de l’Opposition pour l’alternance (FOPA), créé par l’ancien président de la Commission de l’Union africaine (UA), Jean Ping. Le vent de l’arrivée de ce dernier aura causé un effet d’entrainement, lequel a vu le départ de plusieurs grandes figures pour rallier Jean Ping qui a fini par obtenir le soutien de l’union nationale lors de la présidentielle. Vu que Zacharie Myboto va être l’initiateur de la mobilisation d’une grande partie de l’opposition autour de l’actuel président de la Coalition de la nouvelle république (CNR). 

A cela, s’ajoute les divisions internes au sein du parti avec la formation de plusieurs tendances dont celle créée par l’ancien Secrétaire exécutif adjoint, Gérard Ella Nguéma. Ce dernier finira par la suite, de quitter le parti, au regard de son désaccord avec le directoire  qu’il jugeait en grande partie ethnique. 

Après l’élection présidentielle de 2016, la saignée va se poursuivre avec le départ de plusieurs autres cadres tels que l’ancien vice-président, l’Evêque Steeve Mike Jocktane et l’ancien ministre Estelle Ondo. Le premier cité va prendre part au dialogue politique d’Angondjé de 2017, et le second va faire son entrée au gouvernement.

Au final, le comble de tout cela est que le parti qui avait décidé de prendre part aux élections législatives et locales couplées de  2018 en est sorti avec  un seul élu à l’Assemblée nationale. 

Face à cette dégringolade, le dixième anniversaire et le deuxième congrès ordinaire en vue, pourraient constituer une pose de jalons pour un nouveau départ, dans le but  de relever le difficile challenge, qui est  celui de remettre  ce parti debout. Reste donc à savoir si cela sera possible.          

Stéphane NGUEMA 
 
 
 

RECHERCHE DE L'ACTUALITÉ

Entrez un mot-clé pour rechercher les actualités passées

LA RADIO AGP

CONVERTISSEUR DE DEVISES

VOTE EN LIGNE

Aimez-vous ce nouveau site de l'AGP?

Résultat

MÉTÉO

LIBREVILLE MÉTÉO

RETROUVEZ L'AGP SUR FACEBOOK

Nos Parternaires