CESE: Le projet Code du travail au menu de la 1ère session ordinaire annuelle 

18-02-2020

Le projet du Code du travail va figurer parmi les travaux de la première saison ordinaire de l’année en cours du Conseil économique social et environnemental (CESE), ouverts ce mardi à Libreville. C’est ce qui ressort de la cérémonie d’ouverture de ladite session présidée par le vice-président de l’Institution, Jean Pierre Tchoua, en présence des conseillers membres, de quelques membres du gouvernement et du corps diplomatique accrédité au Gabon.

Ouvrant les travaux, au nom du président René Ndémezo’Obiang empêché, le vice-président du CESE, Jean Pierre Tchoua, est revenu sur les récentes discordes nées entre les syndicats et le ministère de l’Emploi et du Travail. C’est donc l’issue des échanges des deux partis, a-t-il dit, que l’examen du projet du code de travail va figurer en bonne place sur la table des conseillers membres de l’institution.

«Les travaux de la présente session ordinaire de notre Conseil seront axés autour du thème «Examen du projet du code de travail». Le ministère en charge de l’Emploi et du Travail vient en effet d’organiser les consultations et des discussions nécessaires à une modernisation du code de travail, ou de ses conditions d’application», a-t-il déclaré avant d’inviter l’ensemble des conseillers membres à placer l’examen de la problématique dans l’intérêt supérieur de la nation.

Relevant au passage que les motivations souvent contradictoires entre le patronat et des syndicats conduisent à une impasse, il a indiqué dans son laïus que conformément à l’article 97 nouveau de la Constitution, le CESE s’est autosaisie de la problématique. Ce, afin d’ouvrir une approche plus équilibrée, à même de permettre l’adhésion et le soutien de toutes les parties impliquées dans le dossier.

Au cours de son adresse, il n’a pas manqué de faire le point de la période d’intercession du conseil. A cet effet, il a relevé deux faits marquant à savoir: l’interpellation de certains membres du gouvernement et de hauts cadres de l’administration publique par les autorités judiciaires et la psychose au sujet de la présumée série d’enlèvements d’enfants à Libreville et dans le reste du pays.

S’agissant du premier fait, le président du conseil a indiqué que «le conseil, qui attend les décisions de justice sur ces dossiers, ne saurait admettre de telles pratiques qui sont de nature à spolier l’Etat de ses moyens d’action».

Quant phénomène d’enlèvements d’enfants, il a déclaré que «le CESE renouvelle sa confiance à l’exécutif tout en l’invitant à prendre des mesures appropriées pour continuer à assurer la sécurité de nos populations, notamment celle de nos enfants cibles de ces enlèvements».

Rappelons que les travaux qui vont durer deux semaines sont conformes à la Constitution.  

Désiré Menzoughe

RECHERCHE DE L'ACTUALITÉ

Entrez un mot-clé pour rechercher les actualités passées

LA RADIO AGP

CONVERTISSEUR DE DEVISES

VOTE EN LIGNE

Aimez-vous ce nouveau site de l'AGP?

Résultat

MÉTÉO

LIBREVILLE MÉTÉO

RETROUVEZ L'AGP SUR FACEBOOK

Nos Parternaires