Le CND en session ordinaire ce mardi à Libreville

24-02-2020

La première session ordinaire pour l’année 2020 du Conseil national de la démocratie (CND) se tiendra ce mardi 25 février 2020 à Libreville autour de son président, Maître Séraphin Ndaot Rembogo. Cette rencontre qui verra la présence des partis et groupements politiques membres, portera sur plusieurs préoccupations inhérentes au fonctionnement de la vie politique nationale.

Il s’agit notamment du projet de loi relatif à la réforme du CND, du budget de fonctionnement alloué à l’institution en 2020, la situation salariale des agents qui y exercent, la controverse actuelle du statut du CND d’institution administrative ou d’autorité administrative, l’application des accords politiques d’Angondjé, le financement des partis politiques légalement reconnus, l’appréciation du CND par rapport à la psychose créée par les réseaux sociaux, le rendu relatif à la formation des acteurs institutionnels et non institutionnels organisée par le Centre européen d’appui électoral.

A cela, s’ajoutent également plusieurs communications axées respectivement sur: la reconnaissance et le positionnement politique d’une force politique du Centre dénommée la 3ème voie, la création d’une commission chargée des questions du genre, l’incidence de la corruption sur les élections dans la démocratie, la constitution des partis politiques, le mode de démocratie pour le Gabon au 3ème millénaire, le renouvellement du CND en application des accords d’Angondjé, la constitution du bureau du Centre gabonais des élections (CGE), et la réconciliation nationale.

En 2019, le CND s’était réuni en session extraordinaire. Les travaux de cette rencontre portaient déjà sur l’examen des problèmes qui minent le fonctionnement de cette institution. En présence du Premier ministre, Julien Nkoghé Békalé et de plusieurs invités, le président du CND était revenu sur les raisons qui bloquent le bon fonctionnement.

«Depuis deux ans, le CND n'a plus été en mesure de fonctionner normalement et pour cause, le budget annuel initial d'un montant d'un milliard environ, a été ramené d'office à 200 millions de francs CFA. Et ces deux cents millions n'ont jamais été entièrement mis à la disposition du CND. Ce budget n'est exécuté qu'à hauteur de 40 ou 50% et par tranches périodiques de montant inégal. C'est là, une sérieuse préoccupation», avait-il déclaré, avant de marquer tout de même son étonnement quant au train de vie des autres institutions du pays.

Stéphane Nguéma

RECHERCHE DE L'ACTUALITÉ

Entrez un mot-clé pour rechercher les actualités passées

LA RADIO AGP

CONVERTISSEUR DE DEVISES

VOTE EN LIGNE

Aimez-vous ce nouveau site de l'AGP?

Résultat

MÉTÉO

LIBREVILLE MÉTÉO

RETROUVEZ L'AGP SUR FACEBOOK

Nos Parternaires