Le BDP contre la déclaration du groupe parlementaire PDG

24-02-2020

Le président du Bloc démocratique populaire (BDP), Paskhal Nkoulou, a organisé un point de presse, le samedi 22 février écoulé à Libreville, pour s’insurger contre la récente sortie du président du groupe parlementaire du Parti démocratique gabonais (PDG, au pouvoir) à l’Assemblée nationale, Martin Mabala, au sujet du maintien de Julien Nkoghé Békalé à la primature.

C’est en sa qualité de président du Bloc démocratique populaire (BDP), que Paskhal Nkoulou a organisé un point de presse, le samedi 22 février dernier à Libreville. Servant de tribune, cette sortie médiatique a permis à ce dernier de se prononcer au sujet de la récente monté au créneau de Martin Mabala. 

Au cours de sa communication, le président du PDG à l’Assemblée nationale s’était en effet prononcé sur le maintien de Julien Nkoghé Békalé à la tête du gouvernement.

Lors des échanges avec les hommes de médias, Paskhal Nkoulou, avait affirmé que «le changement de gouvernement ne constitue en rien une solution miracle aux nombreux problèmes que connaît notre pays». Des propos «séditieux», selon le BDP, et qui sonnent comme le fait pour le député de dénier au président de la République le droit de démettre ou pas un Premier ministre, comme le lui permet l’article 15 de la Constitution. 

Et M. Nkoulou d’argumenter : «Pourquoi le groupe parlementaire PDG ferait-il écho d’une question qui, jusqu’à leur sortie, n’avait de sphère que les commentaires isolés des réseaux sociaux? Tout en reconnaissant qu’un groupe parlementaire soutient l’action d’un président de la République par la confiance qu’il accorde au Premier ministre, nommé par celui-ci, lors de la présentation de politique générale, cela ne signifie pas qu’à cause de ce soutien, un groupe parlementaire ou un député puisse s’opposer au limogeage d’un Premier ministre par le président de la République. Car s’opposer, c’est entrer en défi», a argumenté le président du BDP. 

Paskhal Nkoulou est davantage convaincu de sa démarche qu’il croit savoir que cette déclaration du président du groupe parlementaire n’a pas reçu l’assentiment de tous les élus. «A quel moment une telle réunion a-t-elle pu se tenir, dans la mesure où les députés sont en vacances parlementaires? Par ailleurs, selon le protocole en vigueur, un procès-verbal dûment signé par tous les participants est censé sanctionner les travaux: où est-il fait mention de ce document? Tout semble donc converger vers une démarche à la fois personnelle et séditieuse».

Pour finir, le BDP, qui se veut désormais comme un parti politique centriste, a «condamné cette sortie qui se révèle être une atteinte et violation à l’ordre constitutionnel du sacrosaint principe de la séparation des pouvoirs qui consacre la République et la Démocratie».  

Freddy Eyogue

RECHERCHE DE L'ACTUALITÉ

Entrez un mot-clé pour rechercher les actualités passées

LA RADIO AGP

CONVERTISSEUR DE DEVISES

VOTE EN LIGNE

Aimez-vous ce nouveau site de l'AGP?

Résultat

MÉTÉO

LIBREVILLE MÉTÉO

RETROUVEZ L'AGP SUR FACEBOOK

Nos Parternaires