Point de vue de l’UDERE sur la dépénalisation de l’homosexualité et quelques sujets d’actualité de la vie politique gabonaise 

31-07-2020

L’Union démocratique et républicaine (UDERE), par la voix de son président, Victor Missanda, a tenu à donner, le jeudi 30 juillet écoulé au cours d’un point de presse animé à son siège d’Essassa sur la nationale 1, son point de vue sur la question de la dépénalisation de l’homosexualité au Gabon, et d’autres sujets de la vie politique gabonaise.

La promulgation, le 30 juin 2020, par le président gabonais, Ali Bongo Ondimba, de la loi 006/2020, modifiant la loi 042/2018 du 5 juillet 2019 portant code pénal en République gabonaise, après son adoption par le parlement, ne cesse de susciter des réactions dans l’opinion nationale et internationale, donnant parfois naissance à des interrogations multiformes. 

S’agissant du premier sujet à l’ordre du jour, notamment la dépénalisation de l’homosexualité au Gabon, le premier responsable de l’UDERE a indiqué que le législateur n’a pas semblé donner un caractère d’infraction à cette pratique au Gabon. «En réalité, pour l’UDERE le retrait ou le maintien de cette disposition pénale n’ajoute rien et ne retranche rien de plus pour susciter des débats politiciens traditionnels, même si cela participe de la vitalité de la démocratie dans notre pays», a-t-il fait savoir. 

Avant d’ajouter que «Tout en condamnant les pratiques honteuses de l’homosexualité dans notre pays, parce que contraire à nos mœurs, à notre héritage traditionnel et de notre identité profonde, les militants de l’UDERE peuvent espérer que c’est simplement par souci d’harmonisation des textes que le gouvernement a retiré ce verrou sans pour autant envisager de promouvoir le mariage homosexuel comme cela se dit ça et là»

Concernant le second point à savoir la gestion de la pandémie du coronavirus, l’UDERE se félicite de la baisse du nombre de contamination à la Covid-19. Tout en félicitant particulièrement le corps médical, premier de corder dans cette lutte contre la maladie et qui risque sa vie au quotidien dans un environnement de travail parfois stressant et difficile, Victor Missanda a encouragé ce personnel dans sa détermination à effectuer avec beaucoup de professionnalisme pour arriver à éradiquer cette maladie.

Au sujet des propos tenus, le 8 juillet dernier par le député de la 6ème circonscription du Haut-Rhin en France, contre les leaders de certains pays africains à l’occasion d’une séance de questions réponses à l’Assemblée nationale, l’UDERE (Membre de la Majorité républicaine et sociale pour l’émergence) s’est insurgé et a condamné, avec la plus forte énergie, «l’ingérence de ce parlementaire peu préoccupé par les affaires françaises qui se passerait en donneur de leçons aux leaders politiques africains, mais également en se prétendant médecin particulier du chef de l’Etat gabonais pour établir qu’il n’était plus en capacité de gérer notre pays en raison de son état de santé».

Enfin, tout en réitérant sa solidarité et sa confiance au président Ali Bongo Ondimba, pour son combat inlassable contre le coronavirus et les orientations politiques qu’il met en œuvre pour permettre la relance de l’économie et restaurer l’équilibre social du pays, l’UDERE s’est félicitée de la nomination de Mme Rose Christiane Ossouka Raponda aux hautes et prestigieuses fonctions de Premier ministre, Chef du gouvernement. «Par cet acte historique, le chef de l’Etat donne ainsi un signal fort sur l’approche genre, mais également sur les axes majeurs de sa politique en matière de promotion de la femme», a fait savoir M. Missanda.

Fanch Sterley SAYA
 

RECHERCHE DE L'ACTUALITÉ

Entrez un mot-clé pour rechercher les actualités passées

LA RADIO AGP

CONVERTISSEUR DE DEVISES

VOTE EN LIGNE

Aimez-vous ce nouveau site de l'AGP?

Résultat

MÉTÉO

LIBREVILLE MÉTÉO

RETROUVEZ L'AGP SUR FACEBOOK

Nos Parternaires