Fait divers

Condamné à la perpétuité à Oyem pour crime rituel 

10-01-2019

Bengone Eyime Gérard âgé de 46 ans, reconnu coupable de crime rituel, a été condamné, mardi dernier, à la réclusion criminelle à perpétuité par la Cour d’appel judiciaire d’Oyem, à l’ouverture d’une session criminelle ordinaire prévue pour durer semaines dans le chef-lieu de la province du Woleu-Ntem (nord).

Bengone Eyime Gérard, 46 ans, du village Abiane situé sur l’axe Oyem-Mitzic, a écopé de la réclusion criminelle à perpétuité, après avoir été reconnu coupable d’assassinat et de prélèvement d’organes humains sur  un compère au cours d’une partie de chasse au village voisin de Mefane, dans le regroupement de villages Mvomayop (8 k d’Oyem). Son complice Mba Eyime Gérard, lui, a été condamné à 12 ans de réclusion criminelle.

Les faits s’étaient déroulés le 13 août 2012 au village Mefane. Ce jour-là, Bengone b’Evouna Henri, Mba Eyime Gérard et Obiang Ndong Achille sont allés effectuer une partie de chasse dans la forêt avoisinante. Après 8 heures de marche, ils sont arrivés au campement où devait se faire la chasse. Vers 18h, sieur Bengone b’Evouna, qui avait conclu un contrat de fournitures d’organes humains avant la date du 17 août, a abattu froidement Obiang à l’aide de son fusil de type calibre 12, près de la rivière Assebengone, qui jouxte le campement. 

Après ce forfait, Bengone b’Evouna et Mba Eyime procèdent au prélèvement des organes sur le corps inerte d’Obiang Ndong, avant d’enterrer la victime au bord même de cette rivière.

Le lendemain, les deux indélicats rentrent au village en début d’après-midi, en décidant de garder silence et de dire aux parents que leur compagnon de chasse s’est égaré dans la forêt.

La famille a déposé une plainte à la Brigade centre d’Oyem, et les recherches ont été lancées pour retrouver le disparu. Trois mois après, Obiang Ndong demeure introuvable, et la famille dépose une nouvelle plainte à la Police judiciaire (PJ) contre MM Bengone b’Evouna et Mba Eyime pour assassinat. D’où leur interpellation. 

A l’interrogatoire des éléments de la PJ, ils ont reconnu les faits, à savoir que c’est Bengone b’Evouna qui, à 18h à l’aide d’un calibre 12, a abattu froidement Obiang Ndong près de la rivière Assebengone. Celui-ci précisait que c’était en exécution d’un contrat passé avec un ancien sénateur relatif à une fourniture d’organes humains, en contrepartie d’une somme de 800.000 F CFA. Il reconnaissait aussi avoir déjà perçu une avance de 250.000 F CFA au domicile de l’intéressé. Et l’enquête a déterminé que c’est à l’aide du couteau de Mba Eyime que Bengone b’Evouna a prélevé les organes du corps de la victime, notamment un doigt de chaque main et la langue. Et ils ont enfoui le corps de la victime au bord de la rivière Assebengone.

Après l’instruction à la Cour d’appel judiciaire, le dossier est passé à la barre, où ils ont d’abord nié les faits, avant de les reconnaitre et de demander pardon. A la demande de la jeune et brillante avocate Avomo, qui défendait la famille de la victime Obiang Ndong, et qui plaidait pour la première fois devant une Cour judiciaire,  le Parquet général n’a pas accordé des circonstances atténuantes aux prévenus, mais a requis la perpétuité eu égard à la gravité des faits (assassinat et dissimulation du corps avec prélèvement d’organes) soulignant que les crimes rituels sont devenus le lot quotidien des Gabonais et ternissent l’image du Gabon à l’extérieur.

Me Avomo, du cabinet Nkoulou,  a insisté sur le fait de faire également passer devant la barre le commanditaire de l’affaire, en tant que cerveau et auteur moral du crime est libre ; le but étant de tendre vers une justice plus équitable et de combattre avec force et rigueur la criminalité et le phénomène de «crimes rituels» qui ternissent l’image du Gabon à ‘extérieur.

Par ces motifs, statuant publiquement et contradictoirement à la majorité des voix, en matière criminelle et en dernier ressort, la Cour criminelle judiciaire a déclaré Bengone b’Evouna Henri et Mba Eyime Gérard, respectivement coupables de crime d’assassinat et de complicité d’assassinat ; mais elle reconnait des circonstances atténuantes à l’accusé Mba Eyime Gérard. En répression, la Cour condamne Bengone b’Evouna à la réclusion criminelle à perpétuité, et l’accusé Mba Eyime Gérard à 12 ans de réclusion criminelle.

JRBM

RECHERCHE DE L'ACTUALITÉ

Entrez un mot-clé pour rechercher les actualités passées

LA RADIO AGP

CONVERTISSEUR DE DEVISES

VOTE EN LIGNE

Aimez-vous ce nouveau site de l'AGP?

Résultat

MÉTÉO

LIBREVILLE MÉTÉO

RETROUVEZ L'AGP SUR FACEBOOK

Nos Parternaires