Problèmes de l’éducation au Gabon : l’ONG Educaf tire la sonnette d’alarme !

09-06-2019

Face aux défaillances actuelles, le regroupement associatif invite le ministre de l’Education nationale à la démission. Tout comme il appelle le gouvernement à revoir ses priorités, au risque de se poser en agent destructeur du système éducatif.  

L’Ecole gabonaise sombre et il faut la sauver.  C’est fort de cette mission qu’elle s’est assignée que l’Organisation non gouvernementale (ONG) Educaf a tenu, le vendredi 07 juin dernier, une conférence de presse sur la situation de l’Ecole au Gabon. Une situation qu’elle a jugée déplorable. 

Dans la ligne de mire de cette ONG, «la détermination du gouvernement à maintenir un système de bourses qui exclut 90% de ses étudiants, la fermeture depuis plus de deux ans du campus universitaire de l’UOB, la promotion du proxénétisme dans les établissements scolaires sans que lesdits promoteurs ne soient inquiétés». Mais aussi, «la non-construction et la non-réhabilitation des structures d’accueil, la non prise en compte de la situation de plusieurs enseignants dont ceux squattant à Sainte-Marie, la pratique des mesures d’austérité sur les emplois de nombreux parents d’élèves», etc. Et comme la goutte d’eau qui fera déborder le vase, il y a la récente note du ministre d’Etat à l’Education nationale, Michel Menga M’Essone, laquelle envisage d’ouvrir des classes de 6emes et 5emes dans certaines écoles primaires villageoises. 

«Une décision de plus, une décision de trop à la suite de laquelle nous invitons respectueusement le ministre d’Etat à l‘Education nationale à bien vouloir démissionner», a déclaré le président de ladite ONG, Geoffroy Foumboula Libeka. 

Mieux, ce dernier voit dans ces actes une manière pour le gouvernement «de se constituer en agent destructeur du système éducatif gabonais...Le gouvernement affiche ainsi clairement ses ambitions de bâtir le Gabon avec une population mal formée, mal orientée, dépravée et corruptible». Et le leader associatif d’asséner : «Nous tenons ici à rappeler au gouvernement que l’élève, l’étudiant ou le parent d’élève ne saurait être pris pour comptable  du chaos économique actuel  pour être ceux qui doivent subir toutes ces injustices». 

L’ONG Educaf a terminé en annonçant le lancement, dès les jours qui vont suivre, d’une campagne nationale et internationale dénommée «justice pour l’éducation». 

Freddy Eyogue
 

RECHERCHE DE L'ACTUALITÉ

Entrez un mot-clé pour rechercher les actualités passées

LA RADIO AGP

CONVERTISSEUR DE DEVISES

VOTE EN LIGNE

Aimez-vous ce nouveau site de l'AGP?

Résultat

MÉTÉO

LIBREVILLE MÉTÉO

RETROUVEZ L'AGP SUR FACEBOOK

Nos Parternaires