Journée internationale des veuves: Cap sur la tolérance zéro contre la spoliation

23-06-2019

La journée internationale des veuves commémorée  chaque 23 juin, a été célébrée au Gabon, dans sa 9ème édition, le samedi 22 juin dernier, au cours d’une cérémonie organisée à la mairie de Libreville par la Fondation Sylvia Bongo Ondimba pour la famille.

Placée sous la signe de la «Tolérance zéro contre la spoliation des veuves», cette célébration a été précédée d’une caravane de sensibilisation durant plusieurs jours, qui s’est étendue dans les différents arrondissements des communes de Libreville, Owendo, et Akanda.

L’évènement qui s’est tenu sur l’esplanade de l’hôtel de ville de Libreville,  a vu par la présence   d’associations militant contre ce phénomène, de plusieurs personnalités,  de responsables de quartiers, des administrations intervenant dans le circuit du conjoint survivant. Il s’agit entre autres de  la Caisse nationale de sécurité sociale (CNSS), de la Caisse des pensions et des prestations familiales (CPPF), de la Caisse nationale d’assurance maladie et de garantie sociale (CNAMGS), du trésor public, de la solde, représentées dans  des stands où ils ont mis l’accent sur les prestations qu’ils délivrent aux conjoints survivants .

Le directeur de cabinet du maire de Libreville, Emile Ntoutoume, prenant la parole  au nom du maire de Libreville Léandre Nzué empêché, a salué l’initiative entreprise par la FSBOF, qui a fortement impliqué la municipalité durant leur caravane de causeries sur le phénomène de spoliation, dans les quartiers de la capitale. «La municipalité de Libreville se réjouit de ce partenariat qu’elle souhaite renouveler chaque fois avec la FSBOF», a-t-il souhaité.

La vice-présidente de la FSBOF,  Sylvianne Mensah  a révélé que cette caravane leur a permis de sensibiliser plus de 2011 personnes dans différents arrondissements de la capitale. Aussi a-t-elle souhaité que de telles initiatives soient relayées.

«Nous pensons que de telles initiatives doivent être reproduites, relayées au sein de nos communautés, de nos quartiers, partout où le besoin s’exprime. Pour nous, la clôture de la caravane  ne signifie pas l’arrêt des activités, notre engagement et notre motivation demeurent intactes», a-telle dit,  indiquant par la suite que «cette caravane nous a également permis d’identifier les vides juridiques auxquels les organes habilités puisent statuer, pour imposer des bornes légales sur certains comportements déviants».

En effet, selon la vice-présidente de la FSBOF, lorsque les lois sont méconnues, elles sont souvent bafouées et les personnes victimes de violences morales physiques et psychologiques préfèrent se taire.

Intervenant en qualité de magistrat et de personnalité militant en faveur des veuves et des orphelins, Honorine Nzet Bitéghé a pour sa part  révélé que certains articles du code civile ont été modifiés afin de  protéger davantage le conjoint survivant. 

«Ne profitons pas de la mort d’un individu pour détruire les autres», a-t-elle exhorté, avant de se livrer à la vague de questions réponses, au cours de laquelle, des victimes de spoliation ont pu  délivrer leurs témoignages.

Selon les statistiques, on estime à quelques 285 millions le nombre de veuves dans le monde, dont plus de 115 millions vivant dans une extrême pauvreté. En Afrique, la plupart d’entre elles sont soumises à des pressions aliénatrices, qui les maintiennent sous l’emprise de leurs belles-familles.

Au Gabon, en dépit des grandes avancées enregistrées sur le plan juridique, administratif et social, le phénomène de spoliation des veuves persiste. De 2014 à 2015, plus de 400 plaintes de conjoints survivants victimes de spoliation ont été enregistrées. 

Dominique Ada Mboulou

RECHERCHE DE L'ACTUALITÉ

Entrez un mot-clé pour rechercher les actualités passées

LA RADIO AGP

CONVERTISSEUR DE DEVISES

VOTE EN LIGNE

Aimez-vous ce nouveau site de l'AGP?

Résultat

MÉTÉO

LIBREVILLE MÉTÉO

RETROUVEZ L'AGP SUR FACEBOOK

Nos Parternaires