Justice

153 prisonniers libérés pour durée de détention expirée

13-08-2019

Comme promis trois jours plus tôt, les autorités judiciaires gabonaises ont procédé à la libération, ce mardi 13 août, de 153 détenus de la prison centrale de Libreville. Soit des prisonniers dont les durées  de détention préventive et/ou  de condamnation  avaient expiré.

La cérémonie de remise de leur certificat de libération  a été présidée par le secrétaire général de la Chancellerie, François Mangari. Lequel était accompagné d’une pléthore d’autorités judiciaires, dont le directeur de la prison centrale de Libreville, le Lieutenant Colonel Gabriel Assoumou Ella, ou encore le procureur de la République, Olivier Nzahou. 

Si l’initiative est conforme à ce que veut la loi, elle rentre surtout dans le cadre d’une volonté des pouvoirs publics d’accélérer les procédures pénales et de désengorger les prisons du pays. Toute chose qui a justifié la mise en place récemment d’une Commission  chargé d’examiner les causes de surpopulation  carcérale dans l’ensemble des prisons du pays, et dont cette première vague de libération en est la résultante. Du moins, pour ce qui est de la prison de Libreville. 

Selon M. Mangari, «le même travail qui a été fait à la prison de Libreville va se poursuivre dans les autres prions du pays…Il s’agit là des résultats des premiers résultats  des travaux de la Commission qui a été mise en place par le ministre d’Etat, ministre de l’Intérieur, de la Justice, Garde des sceaux, suite aux très hautes instruction du chef de l’Etat, Ali Bongo Ondimba», a-t-il précisé. 

Aux détenus préventifs qui recouvrent la liberté,  le SG de la Chancellerie,  par ailleurs responsable de la Commission instituée par la tutelle, a demandé à ce qu’ils se tiennent à la disposition des autorités judiciaires, «car leurs procédures judiciaires vont suivre leur cours». 

Quant aux condamnés dont la date de détention est arrivée à échéance, il les a appelés à tirer les leçons de leur séjour en milieu carcéral,  en vue de ne plus y revenir. Mieux, M. Mangari les a invités à être des modèles  pour leurs proches, au fin de leur témoigner de ce que la prison n’est pas un endroit où séjourner. 

Cette opération de libération des prisonniers, quoique salutaire, ne résout pas à elle seule la problématique de la surpopulation carcérale au Gabon. Entendu que la seule prison de Libreville, construite pour accueillir près de 500 personnes, en compte désormais près de 3 mille. C’est que la construction de nouvelles prisons reste d’actualité, à l’instar de celle censée voir le jour à Nkoltang à plus d’une trentaine de kilomètres de Libreville.  

D’autres observateurs, enfin, souhaitent que cette opération n’empêche pas celle de la grâce présidentielle habituellement accordée à de nombreux prisonniers en période de fêtes de l’Indépendance. 

L’opération, débutée à la prison centrale de Libreville, va se poursuivre dans les autres prisons du pays, selon les autorités judiciaires. 

Freddy Eyogue
 

RECHERCHE DE L'ACTUALITÉ

Entrez un mot-clé pour rechercher les actualités passées

LA RADIO AGP

CONVERTISSEUR DE DEVISES

VOTE EN LIGNE

Aimez-vous ce nouveau site de l'AGP?

Résultat

MÉTÉO

LIBREVILLE MÉTÉO

RETROUVEZ L'AGP SUR FACEBOOK

Nos Parternaires