Enseignement supérieur : Le renforcement des capacités d’accueil renvoyé à plus tard

05-09-2019

Alors que   les   uns  et  les   autres attendaient   la  construction annoncée   de  5  amphithéâtres   pour l'année académique 2019-2020, le ministre de l’Enseignement supérieur, Jean de Dieu Moukagni Iwangou, a laissé entendre que la matérialisation du projet est pour plus tard. Ce qui n’est pas pour résoudre la surpopulation estudiantine de nos universités publiques, estimée à plusieurs dizaines de milliers d'étudiants. 

Le ministre gabonais de l’Enseignement Supérieur l’avait pourtant annoncée comme une priorité de l’année scolaire qui va  débuter. Les 5 amphithéâtres censés  être construits à l’Université Omar Bongo (3), à  l’Université des Sciences de la Santé (1)   et à l’Université des Sciences et Techniques de Masuku, ne verront finalement le jour que plus tard. C’est ce qui sort de la réunion tenue le mardi 3 septembre dernier entre le ministre  Jean De Dieu Moukagni Iwangou et un consortium franco-suisse censé mener les travaux. Si aucune date  n’a filtré, le membre du gouvernement a indiqué, au cours de cette cérémonie de signature de protocole d’accord, que l’heure est au choix des partenaires.

«Cet accord  est une démarche  qui s’inscrit dans la rigueur du principe  de précaution. Avant que nous arrivions  au contrat lui-même, il est bon que des préalables soient observés pour convenir ensemble à la fois du volume  et de la qualité des travaux  ainsi que des options définitives. Lorsque nous seront tous tombés d’accord sur ce qui est à faire, nous signerons ensuite de la manière la plus solennelle les contrats», a-t-il déclaré.

L’opinion publique s’attendait pourtant à plus de célérité dans ce dossier. Ce d'autant qu’au plus fort de la grève des enseignants chercheurs, en juillet dernier, le ministre de l’Enseignement supérieur leur avait expliqué que leurs revendications financières ne sauraient  être réglées du fait de la priorité accordée  à  la  construction   desdits  amphithéâtres. A ceux qui avaient   pensé que   Jean  De Dieu Moukagni Iwangou se projetait  pour l’année académique à venir, il n’en sera finalement rien.

Ces enceintes sont annoncées pour une capacité  d’accueil comprise entre mille et deux mille places, pour un total de 6 mille étudiants assis.

Néanmoins,  même si ces infrastructures étaient réalisées maintenant, elles auraient du mal à combler le manque de places dans le supérieur au Gabon, qui avoisine les 40 mille places.  

Plusieurs autres problèmes gravitent autour de cette surpopulation estudiantine, à l’instar du déficit d’enseignants (le ratio est d'un enseignant pour près de 2 300 étudiants). De même,  les offres de formation de nos universités et grandes Écoles sont appelées à  coller aux besoins du marché. Ce qui n'est pas toujours le cas.  L'exemple de l’Université Omar Bongo de Libreville (UOB) que beaucoup assimilent, à tort où à raison,  à un moule à chômeurs.

Freddy Eyogue

RECHERCHE DE L'ACTUALITÉ

Entrez un mot-clé pour rechercher les actualités passées

LA RADIO AGP

CONVERTISSEUR DE DEVISES

VOTE EN LIGNE

Aimez-vous ce nouveau site de l'AGP?

Résultat

MÉTÉO

LIBREVILLE MÉTÉO

RETROUVEZ L'AGP SUR FACEBOOK

Nos Parternaires