Covid-19: Toutes les mesures de prévention mises en place dans le Haut-Ogooué

06-04-2020

Toutes les mesures requises par les plus hautes autorités ont déjà été mises en place, aussi bien au niveau des différentes frontières que dans les structures sanitaires. C’est ce qui ressort de la séance de travail, de mise au point, présidée récemment, par le Secrétaire générale de province, Nicole Nouhando, avec la Coordination provinciale de lutte contre le coronavirus du Haut-Ogooué (sud-Est).

Il était question, au cours de cette réunion, que la commission technique, dont la mission est d’assurer la mise en œuvre locale des stratégies de riposte et d’en informer la coordination provinciale, de faire le point sur le plan de mise en œuvre de la lutte en vue de parer à toute éventualité, en cas de survenue d’un cas suspect ou avéré de coronavirus dans la province.

D’après le Dr André Ntchoreret, directeur général du Centre hospitalier régional Amissa Bongo (CHRAB) de Franceville, membre de la commission, ce qu’il y’a lieu de retenir, c’est que toutes les unités requises par les plus hautes autorités de la place ont déjà été mise en place, aux niveaux de différentes frontières et de structures sanitaires, les thermo flash sont utilisés, les mesures barrières  édictées par les plus hautes autorités sont pratiquées dans toutes les structures etc. 

Par ailleurs, a-t-il ajouté, la seule chose qui a été réclamée avec beaucoup de récurrence, c’est surtout la notion d’intervention, parce que l’équipe d’intervention rapide doit subir une formation pour savoir-faire le prélèvement lorsqu’on a des cas suspects.

«Pour cela, il a été dit, au cours de cette réunion de coordination, que nous nous rapprochons du CIRMF, pour une formation afin que l’équipe d’intervention rapide soit outillée, quel soit autonome pour aller sur le terrain. Car, pour  le moment nous avons la chance d’avoir le CIRMF, qui est l’unité reconnue pour le diagnostic», a t indiqué.

Par ailleurs, pour ce qui est du Centre hospitalier, retenue comme structure d’isolement, le Dr André Ntchoreret, rassure. En effet, toutes les mesures sont prises pour permettre au personnel soignant de gérer de la manière la plus efficace possible si jamais il y’a un cas détecté positif.

En effet, explique le docteur, le service identifié comme service d’isolement, contient une capacité  de 28 lits, bien que pour le moment il reçoit les cas graves de diabète, d’hypertension, de tuberculose. Le jour qu'il y’aura un cas, ce service va être vidé facilement pour un autre service, et le seul malade de covid-19 diagnostiqué positif, sera hospitalisé.

Pour ce qui est du personnel, le responsable de l’hôpital régional  Amissa Bongo rassure également, que l’hôpital a des personnes ressources pour la prise en charge de malades testés Covid-19. 

«Nous avons deux anesthésistes-réanimateurs qui  sont largement suffisant, pour un ou deux cas, et il y’a dix infirmiers déjà identifiés, des médecins généralistes et je pense que sur le plan des ressources humaines nous avons ce qu’il faut. Et il faut également, notifier que jusqu’à aujourd’hui, pas de cas au niveau de la province, des fausses alertes bien sûre, tels que le cas de Sucaf qui s’est avéré négatif, et aussi  des alertes au niveau de Franceville, c’était des plaisantins pour certains».

La structure est fin prête, d’après le docteur, pour au moins accueillir les premiers cas qui peuvent arriver. Cependant, il ne souhaite pas être débordé mais si cela arrivait Libreville saura comment trouver une structure palliative.

Par Zita Sonia OKASSA 
 

RECHERCHE DE L'ACTUALITÉ

Entrez un mot-clé pour rechercher les actualités passées

LA RADIO AGP

CONVERTISSEUR DE DEVISES

VOTE EN LIGNE

Aimez-vous ce nouveau site de l'AGP?

Résultat

MÉTÉO

LIBREVILLE MÉTÉO

RETROUVEZ L'AGP SUR FACEBOOK

Nos Parternaires