Tribune libre

La Dépénalisation de l'homosexualité au cœur de la Tolérance

29-06-2020

Dépénalisation de l'homosexualité! Voilà un sujet qui accapare les regards faisant oublier un tant soit peu, la fièvre chinoise appelée la Covid-19 et ses retombées apocalyptiques. De grâce! Plusieurs pays du Continent Africain dont le Gabon avaient décidé de lancer une "fatwa" contre ceux ou celles qui pratiquent l'homosexualité. Un mot qui fait peur face à l'inanité de certains écrits et propos.

Habité par l'esprit de sagesse, de tolérance et d'altérité, le Gabon, par la voix de son Premier ministre a décidé de rompre la peur. Car  ce mot perturbe les consciences collectives.

L'homosexualité qui fait peur est liée à l'émergence d'une problématique collective dans certains pays pré -formés par le modèle du mariage et qui veut s'exprimer sans cesse et toujours davantage dans un souci de préservation des générations. Il y a même là, comme une réfraction de la vie privée qui impacte  aujourd'hui de plein fouet l'histoire politique.

En fait, on ne parle pas de légalisation de l'homosexualité, mais bien de dépénalisation, c'est-à-dire que l'homosexualité ne soit pas un délit et puni de prison. Nous sommes bien face à deux ADULTES consentants ...

La liberté souveraine de l'esprit

A croire que le destin de l'humanité en serait radicalement changé. Le sage, le sage africain est celui qui est capable de vaincre les peurs et par conséquent, de penser librement, d'aimer les autres et de s'ouvrir à eux par la tolérance. Jean Jaures nous enseigne que «La grande chose au monde est la liberté souveraine de l'esprit».

Face à la futilité de certains propos, la Gabonaise Cornelia BOUNANG MFOUNGUE dans sa thèse de doctorat estime que  «Le mariage africain entre tradition et modernité»  consacre une grande partie à l'étude socio anthropologique du couple et du mariage dans la culture gabonaise et de l'homosexualité. Après enquête au Gabon, elle démontre que l'homosexualité est une pratique bien connue, mais qui reste discrète.

Au travers des cris d'orfraies, nous pouvons affirmer que l'homosexualité n'est pas un avatar de l'Occident. De grâce, revenons à l'essentiel... la Tolérance

Le credo du Pape

Il est absolument nécessaire de sauver la Tolérance d'elle-même. Car  elle exemplifie à elle seule toute l'ambiguïté des relations humaines contrairement au laxisme.

Ce mot qui vient du latin "tolerare" signifie accepter, supporter: le respect de la liberté d'autrui, de ses manières d'être, d'agir, de ses opinions politiques et religieuses.

Le Pape François dit: «Si une personne est homosexuelle, qui suis-je pour la juger?». Certes, il ne met pas un terme à l'historique conflit entre l'Eglise et la population homosexuelle, mais sa déclaration dénote une bienveillance de ton qui appelle à la tolérance. Il affirme le principe de non-ingérence dans la vie intérieure et privée d'autrui.

Il met également en lumière l'un des fondements de la liberté de conscience et du libre arbitre.

Au nom de la tolérance, toutes les opinions, tous les actes ont droit de cité et d'existence, mais vécus au quotidien. D'aucuns confondent tolérance et indifférence. Il faut beaucoup de courage pour aimer l'humanité, pour assumer et accepter la place de l'autre dans la cité. L'amour est un moteur contre toute forme d'oppression, d'où qu'elle vienne. Il engendre un fort engagement et une  implication quotidienne qui poussent à se battre pour s'améliorer et  contribuer un peu au bien-être des autres.

Un humanisme altruiste

Dans notre monde où l'individualisme prend le pas sur l'altruisme, la philosophie des humanistes s'élève comme une lueur d'espoir; «Je suis ce que je suis, grâce à ce que nous sommes tous». Sans dénigrer l'importance de l'individu, que tu sois homosexuel, handicapé, noir, blanc, croyant...c'est le lien entre les hommes qui est fondamental et essentiel. La Charte du Mandé l'exprime encore mieux : «Toute vie humaine est une vie; de même qu'une vie ne vaut pas mieux qu'une autre vie».

Cette philosophie qui a inspiré Nelson Mandela a permis à l'Afrique du Sud de ne pas s'entredéchirer durant la période post- apartheid et de retrouver la parole perdue.

Le poète VARLAM CHALAMON écrivait à son ami Boris alors qu'il sortait de la géhenne des camps staliniens, je cite: «Il me semble que le principe le plus élevé de la morale  est la Tolérance du Cœur»

Jacques Sima, Journaliste

 

RECHERCHE DE L'ACTUALITÉ

Entrez un mot-clé pour rechercher les actualités passées

LA RADIO AGP

CONVERTISSEUR DE DEVISES

VOTE EN LIGNE

Aimez-vous ce nouveau site de l'AGP?

Résultat

MÉTÉO

LIBREVILLE MÉTÉO

RETROUVEZ L'AGP SUR FACEBOOK

Nos Parternaires