Football Panthères du Gabon

Entretien avec Patrice Neveu sélectionneur national: «Je vous le garantis, il n’y aura plus de l’indiscipline en équipe nationale»

07-10-2019

A déclaré le nouveau sélectionneur des Panthères du Gabon, Patrice Neveu au cours d’une interview accordée à notre rédaction. Critiqué sur certains de ses choix pour les matchs amicaux face au Burkina Faso et le Maroc le 10 et 15 août en France et au royaume Chérifien, le technicien français  qui  dit être venu avec un œil neuf, a voulu avoir un aperçu sur certains joueurs dont les convocations suscitent des polémiques. Très attaché aux valeurs d’équipe et la discipline, le coach des Panthères du Gabon attend de ses troupes le respect strict de sa vision et ses consignes pour ces deux matchs.  
Lecture… 

Agence Gabonaise de Presse: Vous-avez rendu public votre première liste le jeudi 3 octobre dernier, qu’y a-t-il de nouveau dans cette liste ? 

Patrice Neveu : « Déjà, une certaine logique a été respectée dans cette liste dans la mesure où, le Gabon possède énormément de joueurs de haut niveau qui évoluent à l’étranger. Le championnat local  étant en arrêt, dans l’espoir qu’il reprendra rapidement, je me suis basé sur une certaine logique. Il ne faut pas changer que pour changer, je pense que chaque entraîneur  apporte sa touche, et j’espère que les joueurs que j’ai sélectionnés,  qui ont du potentiel vont abonder dans le même sens : celui de la discipline, du jeu, parce que si on est discipliné à l’extérieur on se doit de l’être sur le terrain. J’espère également qu’ils prendront du plaisir, et se comporteront avec de la manière durant ces deux rencontres face au Burkina Faso et le Maroc ».

Comment allez-vous vous y prendre avec le problème d’indiscipline notoire qui règne dans ce  groupe et qui a souvent plombé les qualités de cette équipe ? 

« Ce sera plus le cas. L’indiscipline il n’y aura plus, je peux vous le garantir. Je suis entraineur-sélectionneur, je ne suis ni militaire, ni policier mais,  je sais que pour avoir  une grande équipe, il faut  être discipliné.  Vous-savez, la France a été championne du monde en 1998 et en 2018, ce n’est pas  que le talent, c’est surtout le sérieux et la discipline qui nous ont permis d’avoir ces deux titres mondiaux. On va  fonctionner comme une nation digne de ce nom, je dirais comme une nation nationale avec des principes. Je le dis bien, peut-être qu’il y aura la casse à côté et peut-être  que je vais perdre quelques joueurs, mais si c’est le prix à payer pour avoir une grande équipe, je n’hésiterai pas ».
 
Vous êtes également décidé à assainir l’environnement de cette équipe, car force est de constater la présence des « parasites » autour de celle-ci ? 

« Oui c’est clair, je pense  que chacun doit être à sa place. Les joueurs doivent uniquement être avec leur staff, dans leur chambre en toute sérénité et puis sur le terrain. Il n’est plus question qu’il y ait des intrusions dans les chambres ou quoi que ce soit car, les chambres des joueurs sont totalement privées. Sachez bien que tout ceci sera logiquement respecté parce que pour moi ce n’est qu’une logique ». 

Lors des déplacements de l’équipe nationale, Pierre-Emerick Aubameyang voyage souvent avec ses parents dans les avions alloués par l’Etat, une attitude frustrante et dénoncée par ses coéquipiers. Vous qui tenez tant à la discipline et la cohésion, allez-vous  aussi cautionner cela ?  

« J’ai pas connaissance de ça et, c’est pas des choses autorisées pour des rassemblements. J’ai bien compris Pierre-Emerick, loin de moi l’intention de le protéger, c’est quand-même un grand représentant du football gabonais qui brille à l’étranger, mais je comprends bien le caractère du joueur. Lors des rassemblements les choses sont claires, si certains joueurs qui ont rancœurs ou de remarques à formuler libre à eux de venir me le dire ».

Pourquoi avez-vous  convoqué  Frédéric Boulot qui  joue peu avec son  club FC GIFU (D2/Japon)  depuis le début de la saison et Musavu-King qui n’a même pas aligné plus de 25 matchs en trois saisons?

« Par rapport à Bulot, cela fait pas mal de mois qu’il joue  régulièrement au Japon. Il  compte une vingtaine de matchs dans les jambes,  selon des informations en ma possession. Votre question fait forcement référence au passé du joueur notamment,  sa blessure. Je peux le comprendre,  j’arrive avec un œil neuf, et c’est un joueur que je souhaitais  voir sur ce premier rassemblement. Il  me semble que c’est un joueur qui a du potentiel qui  a eu des bonnes heures, avec la sélection gabonaise. Au sujet de Musavu-King, qui était certes en difficulté, a repris la compétition avec son club Le Mans FC. Il joue régulièrement, il a quand-même quelques matchs dans les jambes. Encore une fois, c’est l’occasion pour moi de le voir sur ces matchs amicaux. Je tiens à vous dire que cette liste ne sera probablement pas la même quand on va affrontera la RD Congo et l’Angola le mois prochain. Ce sont les événements du moment et la disponibilité des joueurs que j’ai rencontrés dont, j’avais envie de voir sur le terrain avant les éliminatoires ». 

Didier Ovono Ebang fait partie des grandes absences de cette liste, vous avez convoqué Anthony Mfa Mezui qui a fait plus de 2 ans sans jouer, Bitseki qui évolue de l’autre côté du monde à Malte et Donald Nzé de l’AS Pélican dont on connait les insuffisances pour son jeu au pied. Pensez-vous que ces trois portiers  pourront faire l’affaire face au Burkina Faso et contre le Maroc ?
 
« Par rapport à mon collectif, le poste de gardien de but est le plus sensible et difficile à gérer aujourd’hui. Pour les trois gardiens qui ont été sélectionnés, ça va être à eux de prouver en qualité. Je pense qu’il était important de mettre tout le monde à l’épreuve, avec toutes les conséquences que ça peut avoir sur le résultat. En ce qui concerne Didier Ovono, bien qu’il soit un grand gardien, je lui ai dit que ça ne serait pas logique de faire jouer un joueur qui ne joue pas et qui ne s’entraîne pas. En le faisant c’est plutôt lui  mettre en difficulté avec les possibilités de blessure. En convoquant ces gardiens, ça me permet de mettre à Didier, dans  une certaine mesure  la pression et d’instaurer de la concurrence à ce poste. Il faut aussi reconnaitre que la relève n’a pas été préparée  à ce poste, et c’est un peu dommage ». 

Quid du bilan des rencontres avec les internationaux évoluant en Europe ?

« Par l’aide de la Fédération gabonaise de football (Fégafoot), j’ai pu rencontrer dix-huit joueurs afin de voir certain évolué et juger également leur  état de forme et surtout, d’échanger avec eux. Par rapport à l’histoire de l’équipe gabonaise, il était important pour moi, d’échanger avec-eux, leur faire part de mes souhaits au niveau du fonctionnement général, de l’esprit de l’équipe, la rigueur et de la discipline que je veux instaurer dans cette équipe. Enfin, je leur ai donné la parole de m’expliquer ce qui ne les arrange pas. Là, j’avoue que j’ai été agréablement surpris  de la manière dont les joueurs se  sont  exprimés en les recevant un à un. En effet, ils  ont tous fait preuve avec honnêteté d’une grande volonté, de porter et défendre  le maillot des Panthères ça c’est la première chose que j’attendais. En second, je n’ai en aucun cas obligé à un joueur de venir me rencontrer ou encore user des artifices pour le faire venir jouer avec l’équipe nationale. C’était déterminant pour moi, si non ce n’est pas possible qu’un joueur soit retenu en sélection. C’est avec beaucoup de conscience que je leur ai dit, place aux actes le cadre est mis en place. Pour la bonne marche de l’équipe,  la fédération va soumettre aux joueurs une charte  du footballeur international gabonais,  et un règlement intérieur de fonctionnement sur lequel je m’appuierais ».
 
Pour finir, qu’attendez-vous des 23 sélectionnés pour ces deux matchs amicaux ? 

«Déjà,  les matchs amicaux vont nous  permettre de mettre un vrai langage de jeu sur le terrain, une mis en place claire,  avec des consignes précises. Ce qui va m’importer c’est l’expression des joueurs et du collectif, après les ratés il peut toujours y avoir même si tout le monde est focalisé sur le résultat. Mais ce qui va m’importer c’est le comportement des joueurs sur tous les postes.  Avec notamment, le comportement des défenseurs, des milieux de terrains travailleurs  des attaquants disponibles et mobiles. Et ces deux bons matchs amicaux sont une bonne  occasion pour les joueurs  de gagner leur place en sélection ».
 
Propos recueillis par Kennedy ONDO MBA 

 
 

RECHERCHE DE L'ACTUALITÉ

Entrez un mot-clé pour rechercher les actualités passées

LA RADIO AGP

CONVERTISSEUR DE DEVISES

VOTE EN LIGNE

Aimez-vous ce nouveau site de l'AGP?

Résultat

MÉTÉO

LIBREVILLE MÉTÉO

RETROUVEZ L'AGP SUR FACEBOOK

Nos Parternaires